Imposition des fiducies de revenu - Démocratie en surveillance porte plainte auprès du commissaire à l'éthique

Le ministre des Finances du Canada est sous le feu des projecteurs depuis quelques jours. Hier, le groupe Démocratie en surveillance a accusé Jim Flaherty d’avoir menti aux Canadiens.
Photo: Agence Reuters Le ministre des Finances du Canada est sous le feu des projecteurs depuis quelques jours. Hier, le groupe Démocratie en surveillance a accusé Jim Flaherty d’avoir menti aux Canadiens.

Ottawa — Le groupe Démocratie en surveillance porte plainte auprès du commissaire à l'éthique contre la récente décision du gouvernement Harper d'imposer les fiducies de revenu.

Le porte-parole du groupe, Duff Conacher, accuse Stephen Harper et son ministre des Finances, Jim Flaherty, d'avoir menti aux Canadiens lors de la campagne électorale. Le Parti conservateur avait alors promis de ne pas changer les règles de taxation des fiducies de revenu.

M. Conacher n'en a pas contre la décision elle-même. Il se plaint plutôt de la facilité des politiciens à faire des promesses qu'ils ne respectent pas. Son groupe ne fait pas confiance au commissaire à l'éthique, Bernard Shapiro. Plutôt que de lui demander de traiter cette plainte, il lui enjoint de la référer à un autre commissaire à l'éthique ou à un expert semblable. Démocratie en surveillance reproche à M. Shapiro d'avoir trop souvent rendu des décisions qui blanchissent les politiciens.

M. Conacher annonce déjà que si le commissaire Shapiro ne blâme pas le gouvernement Harper, son groupe transférera sa plainte aux tribunaux. D'après lui, si une quelconque instance lui donne raison et confirme que Stephen Harper et Jim Flaherty ont menti en promettant de ne pas toucher aux fiducies de revenu, les personnes qui ont subi des pertes financières depuis que le gouvernement a annoncé qu'il va imposer les fiducies auront une base pour poursuivre le gouvernement fédéral.