Les frais de carburants nuisent aux bons résultats d'exploitation d'ACE

Robert Milton, le p.-d.g. de Gestion ACE Aviation, la maison mère d’Air Canada
Photo: Agence Reuters Robert Milton, le p.-d.g. de Gestion ACE Aviation, la maison mère d’Air Canada

Gestion ACE Aviation, société mère d'Air Canada, a comptabilisé un bénéfice net en baisse au troisième trimestre. Ce recul masque cependant une solide performance sur le plan de l'exploitation, et ce, malgré des frais de carburant toujours en hausse.

Pour la période de trois mois terminée le 30 septembre 2006, ACE Aviation a inscrit un bénéfice d'exploitation de 305 millions, en baisse de 5 % sur celui de 321 millions du trimestre correspondant de 2005. Ce repli tient compte d'une augmentation de 87 millions, ou de 13 %, de la charge de carburant entre ces deux périodes, le tout s'inscrivant dans un contexte de hausse du revenu trimestriel, de 4 %, à 2,95 milliards.

Au bas de l'état des résultats, la société mère d'Air Canada a inscrit un bénéfice net de 103 millions, ou de 95 ¢ par action, comparativement à 271 millions, ou 2,33 $ l'action un an plus tôt. Les données de 2006 renferment une charge non récurrente de 102 millions liée aux ajustements comptables apportés aux obligations de la composante aérienne dans le programme Aéroplan. Et un gain extraordinaire de 52 millions découlant de la vente d'actions d'US Airways.

Le résultat du troisième trimestre de 2005 comprenait, pour sa part, un gain sur taux de change de 125 millions. À titre d'illustration, une perte sur taux de change de trois millions a été comptabilisée au troisième trimestre cette année.

Par segment, le bénéfice d'exploitation d'Air Canada avant frais pour amortissement et location des avions s'est replié de 32 millions, ou de 7 %, en raison principalement de la facture plus élevée en carburant. Précisions que cette composante aérienne est présentement engagée dans un processus d'émission publique d'actions, une première depuis la sortie du transporteur de la protection des tribunaux, il y a deux ans.

Le bénéfice d'exploitation d'Aéroplan a augmenté de 13 millions, ou 57 %, et celui de Jazz, de 15 millions, ou 23 %. La filiale régionale, qui a été transformée en fiducie de revenu, a accompagné ses résultats en hausse d'une augmentation de 15 % de ses distributions mensuelles.

La division ACTS, abritant les services techniques et d'entretien, a inscrit un bénéfice d'exploitation de 13 millions au troisième trimestre. «Les résultats affichés par ACTS constituent une progression encourageante par rapport aux deux trimestres précédents. Même s''il reste encore du travail à accomplir, je suis sûr qu'ACTS est sur la bonne voie pour améliorer ses résultats à la suite des changements stratégiques mis en place par sa nouvelle équipe de direction», a indiqué Robert Milton. Le p.-d.g. croit toujours pouvoir «monétiser» cette division quelque part d'ici la fin de l'année.

Au total, après neuf mois, le bénéfice d'exploitation d'ACE s'est établi à 424 millions, en baisse de 13 % sur celui de 489 millions de la période correspondante de 2005. Ce recul traduit notamment une hausse de 21 %, ou de 342 millions, de la facture de carburant entre les deux périodes, hausse qui a plus que contrebalancé une augmentation de 8,6 % des revenus, à 8,11 milliards.

Le bénéfice net des neuf premiers mois s'est chiffré à 457 millions, ou à 4,11 $ par action, contre 363 millions (3,39 $ l'action) après neuf mois en 2005. Les résultats les plus récents renferment un gain sur taux de change de 117 millions, contre 57 millions un an plus tôt, et un gain de 152 millions provenant de la vente d'actions d'US Airways, le tout étant en partie réduit par le rajustement comptable de 102 millions associé au programme de fidélisation.

Au 30 septembre dernier, ACE reposait sur des liquidités, composées d'une encaisse et de placements à court terme, de 2,89 milliards.