Wall Street surmonte des statistiques mitigées

La Bourse américaine a repris son mouvement de hausse hier, surmontant une première partie de séance hésitante après la publication de statistiques économiques mitigées, Wall Street progressant de 1,5 %, et la Bourse électronique Nasdaq, de 2,5 %.

Le Dow Jones a gagné 126,65 points, à 8443,99 points, et l'indice composé du Nasdaq, 32,42 points, à 1331,13 points. L'indice Standard and Poor's 500, plus représentatif de la tendance générale, a clôturé en hausse de 15,15 points (+1,7 %), à 897,65 points.

«On a réussi à garder de 80 à 90 % des gains des deux dernières semaines, ce qui est assez encourageant», a déclaré Alfred Kugel, stratège de la firme Stein Roe.

Sur le marché obligataire, le rendement de l'obligation du Trésor à 10 ans a reculé à 4,09 % contre 4,13 % jeudi, et celui de la ligne à 30 ans, à 5,08 %, contre 5,09 %.

Troisième semaine de hausse

Ainsi, les marchés financiers américains ont connu leur troisième semaine de hausse consécutive et devraient évoluer au gré des statistiques économiques la semaine prochaine alors que la saison des résultats trimestriels d'entreprises touche à sa fin. Le Dow a affiché un gain hebdomadaire de 1,5 %. Depuis l'amorce de la remontée, le 10 octobre, il a gagné 16 %. L'indice composite de la Bourse électronique Nasdaq gagnait 3,4 % sur la semaine (19 % depuis le 10 octobre), et l'indice Standard and Poor's 500 a grimpé de 1,5 % sur la semaine (+16 % depuis le 10 octobre).

«La semaine prochaine, les investisseurs vont reporter leur attention sur les indicateurs économiques alors que la saison des résultats d'entreprises touche à sa fin», a affirmé Arthur Cashin, analyste chez PaineWebber. Beaucoup d'indicateurs sont attendus, notamment l'indice de confiance des consommateurs américains (mardi), la première estimation du PIB au troisième trimestre (jeudi) et les chiffres du chômage (vendredi).

«Les gestionnaires de portefeuilles veulent croire que la Bourse va continuer à progresser», a indiqué Arthur Cashin, ajoutant: «Nous croisons nos doigts.» Mais l'orientation du marché sera dictée par les indicateurs économiques, a-t-il fait observer.

Les résultats de sociétés publiés dans le courant de la semaine ont été dans l'ensemble bons mais non spectaculaires, a relevé Larry Wachtel, analyste chez Prudential Financial.

Hausse à Toronto

La Bourse de Toronto s'est lancée dans un nouveau sprint en fin de séance hier pour terminer sur une note positive, s'assurant ainsi un gain pour une troisième semaine consécutive, tandis qu'un vent d'optimisme continue de souffler sur les marchés. L'indice composé S&P/TSX a pris 69,01 points, ou 1,1 %, pour s'établir à 6405,87 points. Pour l'ensemble de la semaine, le TSX a grimpé de 1,3 %.

Le parquet torontois a clôturé sur un gain après avoir essuyé des pertes en début de séance pour la troisième fois cette semaine, phénomène perçu par les analystes comme une indication claire de l'effritement des craintes des investisseurs. «Il est encore trop tôt pour dire que l'orage est bel et bien passé, mais j'ai le sentiment que la situation s'est améliorée au point où les investisseurs cherchent à acheter plutôt qu'à vendre», a indiqué Rick Hutcheon, président et chef de l'exploitation chez RKH Investments.

Les titres technologiques ont progressé de 3,6 %, prenant de la valeur pour la quatrième séance consécutive tandis que l'ancien enfant chéri du parquet, Nortel Networks, poursuivait son ascension, s'éloignant petit à petit de ses creux de 20 ans. L'action de Nortel a pris 12 ¢, ou 7,2 %, à 1,79 $.

Après avoir plombé l'ensemble du marché au cours des deux dernières années, le secteur des technologies de l'information a bondit de 47 % depuis ses creux du 9 octobre alors que de grands noms du secteur ont rapporté de meilleurs résultats financiers que prévu.

Certains analystes estiment toutefois que les solides résultats sont plus symptomatiques des prévisions désastreuses que d'un changement réel dans les indicateurs économiques. «Personne n'a vraiment modifié ses prévisions. Les bons résultats financiers proviennent des réductions des dépenses et de la fermeture de filiales et de divisions», a dit Joe Connolly, directeur de la recherche et du courtage chez Cockfield Porretti Cunningham. «Nortel a doublé, mais il aura à doubler encore plusieurs fois avant que je ne récupère mon argent.»

Les dix sous-groupes du TSX ont progressé dans la séance. Les titres aurifères ont grimpé de 1,5 % après qu'un rapport décevant sur les commandes de biens durables aux États-Unis en septembre eut poussé les investisseurs vers les valeurs-refuges.

«On est à un point où on achète maintenant au plus bas plus que de vendre dès que ça monte. Il y a toujours beaucoup de liquidités disponibles, et une hausse pour la fin de l'année est envisageable», a commenté Todd Leone, analyste chez S. G. Cowen.