Rendez-vous aérospatial

Français et Canadiens de l'aérospatial se sont rencontrés cette semaine à Montréal. Apposant son satisfecit sur cette mission commerciale de trois jours, le Consulat général de France croit qu'il n'est pas loin le jour où l'heure des retombées va succéder à l'heure des bilans de rencontres. Prochain rendez-vous en sol français avec, espère-t-on, une convergence avec le salon aéronautique du Bourget.

Le conseiller économique et commercial du Consulat général de France à Québec, Daniel Gagneux, a dressé un bilan de cette mission commerciale de trois jours en sol montréalais. Les 21 entreprises présentes, actives dans l'aéronautique et provenant de tous les coins de la France, sont reparties mercredi avec quelque 120 rendez-vous convenus avec des partenaires québécois, oeuvrant essentiellement dans les domaines de la sous-traitance et de l'équipement aéronautique. «Nous sommes encore à l'heure des bilans des rencontres, et non à l'heure des retombées. L'objectif de ces missions n'en demeure pas moins l'aboutissement à des partenariats, certes, mais également à des prises de participation réciproques.»

L'objectif officiel de cette mission est d'ajouter à la compréhension que se font les exploitants français de la réalité du marché de l'aéronautique, mondial et canadien. Dans les faits, on vise surtout l'établissement de partenariats dans un souci de développement des axes commerciaux Québec-Europe et nord-sud, en Amérique. Si les donneurs d'ordre des deux côtés de l'Atlantique ont multiplié les rendez-vous au cours de cette mission amorcée lundi dernier, ils ont étendu leurs échanges de carte d'affaires aux sous-traitants et aux PME, les invitant au passage à se regrouper.

L'une des grandes conclusions de l'événement: «Les PME doivent s'intégrer ou se complémenter pour répondre à la demande des grands donneurs d'ordre qui, eux, tendent à réduire leurs contacts. Le développement de partenariats, de vrais partenariats tient à cette complémentarité, technique ou commerciale», a résumé Daniel Gagneux.

L'invitation à une prochaine rencontre est lancée aux industriels canadiens et québécois, avec l'idée de déplacer le tout sur le sol français en convergence, espère-t-on, avec l'important salon aéronautique du Bourget.