Marché boursier - Toronto clôt septembre à la baisse

Après deux journées en hausse, la Bourse de Toronto s’est repliée, hier, son indice S&P/TSX reculant de 56,17 points à 11 761,27.

La semaine se solde néanmoins par un gain net pour le S&P/TSX, un marché d'acheteurs ayant repris intérêt pour des titres qu'ils avaient délaissés. Mais le mois de septembre s'achève par une glissade de 2,5 % de sa valeur; par contre le S&P/TSX demeure en hausse jusqu'ici en 2006, à raison de 4,4 %.

Aux États-Unis, la journée était maussade avec un score décevant des dépenses de consommation en août, celles-ci retraitant de 0,1 % à cause, notamment, de la faible montée des salaires et de l'inflation.

Le dollar canadien a perdu 56 centièmes pour clore à 89,47 ¢US. Statistique Canada publiait, le matin, une étude indiquant une hausse du PIB de 0,2 % en juillet comparé à juin. Perçu comme un signe de croissance ralentie, ce bilan du PIB n'est pas du genre à inciter la Banque du Canada à hausser les taux d'intérêt; en général la montée des taux rend une devise plus attrayante.

À la cote new-yorkaise, le pétrole brut de référence s'est finalement adjugé 0,15 $, à 62,91 $US le baril, après avoir amorcé la séance à la baisse. Sa chute initiale s'est arrêtée quand le marché a tenu compte de spéculations voulant que le Nigeria et le Venezuela diminuent leur volume d'extraction. Par ailleurs, maints négociants semblent convaincus que l'OPEP, le regroupement de pays producteurs qui a décidé récemment de maintenir ses quotas, est prête à les revoir à la baisse si le cours du baril descend nettement sous les 60 $US. Le brut est descendu de 12 % durant le mois de septembre.

À New-York, après avoir échoué à établir un nouveau record historique au terme d'un trimestre agité mais néanmoins positif, Wall Street pourrait observer une pause la semaine prochaine, dans l'attente de la saison des résultats trimestriels. Lors de la semaine écoulée, l'indice des 30 valeurs vedettes, le Dow Jones, a pris 1,5 % terminant hier à 11 676,07 points.

L'indice composite du Nasdaq a lui engrangé 1,8 % par rapport à vendredi dernier, clôturant à 2258,43 points. L'indice élargi Standard and Poor's 500 (SP 500) a gagné dans le même temps 1,6 %, à 1335,85 points.

Sur le marché obligataire, le rendement du bon du Trésor à 10 ans a progressé à 4,63 % contre 4,6 % vendredi dernier, et celui du bon à 30 ans à 4,77 % contre 4,74 %.

Le troisième trimestre 2006 aura été positif pour Wall Street avec une progression du Dow Jones de 4,7 % depuis fin juin contre +4 % pour le Nasdaq et +5,2 % pour le S&P 500. Le Dow réalise même son meilleur troisième trimestre depuis onze ans et a porté sa progression depuis le début de l'année à 8,9 %.

Ce trimestre a néanmoins été agité, entamé avec un net recul de la Bourse, suivi d'une lente remontée ponctuée de reculs à partir de la mi-juillet.

La semaine écoulée a encore témoigné de cet optimisme mesuré des investisseurs. Le Dow Jones a flirté pendant une bonne partie de la semaine avec son record historique de clôture, établi le 14 janvier 2000 à 11 722,98 points. L'indice phare de la Bourse de New York a franchi ce seuil à plusieurs reprises jeudi et hier mais sans jamais parvenir à s'y maintenir en clôture. Jeudi, il a terminé à seulement 4,53 points de ce record avant de fléchir hier.