Le PIB gagne 0,2% en un mois

Ottawa — En juillet, le produit intérieur brut (PIB) a avancé de 0,2 % en comparaison avec juin, grâce aux secteurs des services et des marchandises, révélait hier Statistique Canada.

Par rapport à juillet 2005, cette mesure de l'activité économique canadienne montre une hausse de 2,5 %.

À la dernière variation mensuelle, signale l'agence fédérale, les secteurs de l'énergie (+1,3 pour cent), du commerce de gros (+1,0 %), de détail (+0,4 %) et des services financiers (+0,4 %) ont été «particulièrement vigoureux».

Dans le cas particulier de l'énergie, c'est une première progression depuis mars. Même si certaines installations étaient en «fermeture prolongée», l'extraction de pétrole a crû fortement sur d'autres sites, tant au large de Terre-Neuve qu'en Alberta dans les sables bitumineux. Le segment du transport par oléoduc croissait également tandis que la production et le transport de gaz naturel ont diminué en raison des stocks très abondants et du «relâchement des prix».

Par contre, les secteurs de la construction (-0,2 %) et de la foresterie (-1,7 %) ont reculé pour un troisième mois de suite. Le secteur manufacturier est quant à lui resté «essentiellement stable».

À Montréal, le groupe Desjardins a commenté l'évolution du PIB durant trois mois consécutifs de mai à juillet. Outre son gain de 0,2 % en juillet versus juin, sa progression était «pratiquement nulle» en juin et d'un piètre 0,1 % en mai.

Durant ces trois mois, le PIB affiche une montée de 1,1 % à taux annualisé, «ce qui témoigne à nouveau du ralentissement de la croissance au pays», analyse l'économiste François Dupuis.

Pour le troisième trimestre achevant ce samedi 30, dans l'hypothèse d'un PIB qui reste inchangé en août et en septembre, la croissance en rythme annuel «pourrait être inférieure à 1,0 %, soit un niveau largement moindre que notre cible initiale de 2,6 %», commente M. Dupuis.