Légère progression des dépenses touristiques

Ottawa — Les dépenses touristiques ont progressé de 0,8 % pour atteindre 14,1 milliards au deuxième trimestre de 2006, grâce aux dépenses des visiteurs étrangers, alors que le rythme de croissance des dépenses intérieures a affiché un ralentissement marqué.

Au cours de la période, les dépenses des visiteurs internationaux au Canada ont regagné le terrain perdu, progressant de 1,6 %, après avoir reculé de 8,9 % au cours des cinq trimestres précédents, a expliqué Statistique Canada hier.

«Une augmentation de 2,5 % du nombre de visiteurs en provenance des États-Unis ayant séjourné au Canada une nuit ou plus, la première en sept trimestres, a été le principal facteur à l'origine de ce revirement. En moyenne, ces visiteurs passent de trois à quatre jours au pays et dépensent huit fois plus que les visiteurs qui ne séjournent qu'une journée.»

Par contre, le nombre de visiteurs en provenance des États-Unis qui ne séjournent qu'une journée au Canada a diminué de 2,3 %, ce qui a entraîné des dépenses plus faibles des visiteurs étrangers en carburant et en réparations et pièces pour véhicules automobiles.

Le rythme des dépenses touristiques intérieures au Canada a ralenti, s'étant établi à 0,6 %, soit la hausse trimestrielle la plus faible observée en deux ans.

Par contraste avec le relâchement enregistré dans les dépenses intérieures, le nombre de Canadiens voyageant à l'extérieur du pays a augmenté pour un quatrième trimestre d'affilée. Cela a contribué à une croissance marquée de 3,7 % des dépenses des Canadiens au chapitre du transport aérien de passagers, ce qui a alimenté la demande touristique intérieure. Les tarifs aériens payés par les Canadiens qui se rendent à l'étranger à bord de transporteurs canadiens sont inclus dans les dépenses touristiques intérieures.

Par ailleurs, le nombre d'emplois attribuables au tourisme a été en hausse de 0,7 % au deuxième trimestre de 2006 et le produit intérieur brut généré par le tourisme a affiché un accroissement de 0,5 % au deuxième trimestre, soit environ la moitié de celui (+1,1 %) enregistré au premier trimestre, ce qui, a souligné Statistique Canada, correspond à la croissance de l'économie dans son ensemble.