Le succès des nouvelles entreprises préoccupe

Une étude réalisée pour le compte de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain démontre que les efforts de création d'entreprises à Montréal se portent relativement bien, mais qu'il n'en est pas de même en ce qui concerne la transition vers le succès.

Dans son Bulletin de santé de Montréal rendu public hier, consacré cette année au thème de l'entrepreneurship, la Chambre présente une évaluation de la performance de la métropole en comparaison avec 11 autres régions métropolitaines d'Amérique du Nord.

L'étude a été effectuée en collaboration avec des chercheurs de l'INRS-Urbanisation, Culture et Société et se réfère à des données recueillies dans le cadre de l'enquête du Global Entrepreneurship Monitor pour le Canada.

«Ce qui ressort de notre diagnostic, c'est que les efforts de création d'entreprises à Montréal se portent relativement bien, affirme la présidente de la Chambre, Isabelle Hudon. Nous ne sommes pas trop loin de la moyenne canadienne et au-dessus de la moyenne américaine. De manière générale, les Montréalais ne sont aucunement démunis quand il s'agit d'essayer de créer leur entreprise.»

Toutefois, ajoute-t-elle, il en va autrement de la transition entre l'essai et le succès, à savoir le passage de l'entreprise en démarrage à l'entreprise établie. Sur ce dernier point, Montréal se classe derrière la plupart de ses concurrentes. «C'est là une source de préoccupation majeure», soutient Mme Hudon, en soulignant que l'étude a permis de constater qu'il y a beaucoup de potentiel entrepreneurial à exploiter dans la région de Montréal.

Le Bulletin de santé de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain présente une série de pistes d'actions, dont le soutien ciblé à certains types d'entrepreneurs, une attention accrue réservée aux entrepreneurs à succès et une revue de l'environnement fiscal qui favorise l'investissement et récompense l'audace des entrepreneurs.