Sondage - Regain de confiance chez les PME québécoises

Les dirigeants des PME québécoises ont manifesté un regain de confiance dans la croissance de leur entreprise au cours des 12 prochains mois, à l'occasion du dernier sondage mené par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), entre le 5 et le 16 septembre.

Bien qu'en progression depuis juin dernier, la confiance des entrepreneurs québécois demeure toutefois légèrement en dessous la moyenne canadienne.

Selon le palmarès établi par la FCEI, les provinces où la confiance est la plus grande sont celles de l'Ouest, plus précisément la Colombie-Britannique et l'Alberta. Vient ensuite l'Ontario suivie de la Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve-et-Labrador et la Saskatchewan. Le Québec arrive après, devant le Nouveau-Brunswick et le Manitoba. L'Île-du-Prince-Édouard ferme la marche.

«La confiance plus forte en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador, comparativement au Québec, s'explique par le développement au cours des dernières années d'une importante industrie pétrolière et gazière et du boom économique qui l'accompagne», a fait valoir Simon Prévost, porte-parole québécois de la FCEI.

Au cours des trois derniers mois, la confiance a crû davantage du côté de l'Ontario que du Québec, a-t-il en outre signalé.

La question posée aux chefs de petites et moyennes entreprises était la suivante: «Comment croyez-vous que votre entreprise va performer au cours des 12 prochains mois?»

À l'échelle du pays, le sondage démontre que 49 % d'entre eux croient que la performance de leur entreprise s'améliorera d'ici septembre 2007 tandis que 13 % s'attendent à un ralentissement.

Par rapport à la même période de l'an dernier, 45 % des chefs de PME affirment que la performance de leur entreprise est plus solide et seulement 22 % la considèrent en moins bonne posture.

Cette confiance accrue s'annonce favorable à la création d'emplois. Pour l'ensemble des provinces, environ 32 % des dirigeants d'entreprises pensent augmenter le nombre d'emplois à temps plein d'ici un an, ce qui représente une augmentation de trois points de pourcentage par rapport aux intentions signalées en juin. Cependant, une grande majorité des entreprises ont indiqué qu'elles ne prévoyaient pas de changement relativement à l'emploi d'ici septembre 2007.