Robert Milton s'attaque aux aéroports canadiens

Selon Robert Milton, la plupart des aéroports canadiens sont des «monopoles» qui sont «pauvrement administrés».
Photo: Agence Reuters Selon Robert Milton, la plupart des aéroports canadiens sont des «monopoles» qui sont «pauvrement administrés».

Toronto — Le président-directeur général de Gestion ACE Aviation, Robert Milton, y est allé d'une attaque cinglante contre les aéroports canadiens, hier, qualifiant la plupart d'entre eux de «monopoles» qui sont «pauvrement administrés», et présentant le gouvernement fédéral comme le «seul espoir» afin de contrôler l'industrie.

En présence de personnes assistant à une conférence de RBC Marché des capitaux, à Toronto, M. Milton a déploré le fait qu'il y ait une «surveillance inadéquate» des aéroports canadiens.

«Ce sont des monopoles naturels, et ils [les aéroports] sont très mal gérés et la vie est facile, a-t-il déclaré. Il n'y a aucune alternative et ils peuvent faire ce qu'ils veulent.»

Le dirigeant de Gestion ACE Aviation, société mère d'Air Canada, s'en est tout particulièrement pris à l'Aéroport international Pearson de Toronto, cible de longue date de l'industrie, pour les prix élevés qu'il impose à ses utilisateurs.

Les sociétés aériennes canadiennes prétendent que les coûts d'utilisation des aéroports en hausse, combinés aux prix croissants du carburant, ont affecté à la baisse leurs profits et augmenté les prix à la consommation.

«Cela est très frustrant lorsque vous regardez les progrès réalisés par les lignes aériennes du monde afin de réduire les coûts, alors que ces gens ne font qu'augmenter les coûts», a affirmé M. Milton.

Le président-directeur général de Gestion ACE Aviation a dit espérer que le gouvernement conservateur offre un certain répit à son secteur. «Notre seul espoir, en tant que consommateurs et transporteurs aériens, est que le nouveau gouvernement, qui me donne espoir et en qui j'ai confiance, fera quelque chose pour apporter une certaine supervision», a-t-il affirmé.