Perte deux fois plus grande que prévu pour Abitibi-Consolidated - L'entreprise dit avoir souffert d'une baisse du prix du bois d'oeuvre combinée à l'imposition de droits punitifs américains

Abitibi-Consolidated a fait état hier d'une perte deux fois plus lourde que prévu pour son troisième trimestre, souffrant de la faiblesse des prix du bois et du papier dans un contexte de maigre croissance économique mondiale.

La vente d'une usine de pâte à Saint-Félicien, au Québec, a toutefois permis au premier producteur mondial de papier journal de dégager un bénéfice net de 77 millions de dollars, ou 17 ¢ l'action, contre une perte de 83 millions, ou 19 ¢ l'action, à pareille période l'an dernier. En excluant tous les éléments non récurrents des résultats, Abitibi se retrouve avec une perte trimestrielle de 68 millions, ou 15 ¢ l'action. Le chiffre d'affaires du trimestre s'est replié de 1,4 milliard à 1,3 milliard.

Pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2002, le bénéfice net s'est établi à 230 millions, soit 52 ¢ l'action, comparativement à 127 millions ou 29 ¢ l'action pour la même periode de neuf mois en 2001.

Baisse du prix du bois

Abitibi dit avoir souffert d'une baisse du prix du bois d'oeuvre combinée à l'imposition de droits punitifs américains sur les exportations de bois d'oeuvre canadien. Son secteur papier a dû affronter des coûts plus élevés du papier rebut, annulés toutefois par de plus forts volumes et par une augmentation de 50 $US du prix de la tonne de papier journal. «Malgré les pressions qu'ont subies les marchés du papier et du bois d'oeuvre au cours du troisième trimestre, nous avons connu le premier changement positif du prix du papier journal depuis plus de 18 mois», a déclaré dans un communiqué le président et chef de la direction, John Weaver.

Le bénéfice d'exploitation provenant des activités poursuivies s'est établi à 29 millions au troisième trimestre, en forte baisse par rapport aux 207 millions de la même période l'an dernier. «Le bénéfice d'exploitation est plus faible que ce à quoi je m'attendais, et le chiffre d'affaires aussi, mais je crois que les choses vont s'améliorer à partir de maintenant», a commenté Frédéric Côté, analyste pour Valeurs mobilières Desjardins.

La division du papier journal a vu ses ventes reculer de 779 millions à 749 millions, tandis que son bénéfice d'exploitation a chuté de 122 millions à trois millions. Les ventes de papiers fins ont fléchi de 402 millions à 390 millions et généré un bénéfice d'exploitation de 33 millions, moitié moins que les 67 millions dégagés à pareille période l'an dernier. Les ventes de bois d'oeuvre ont aussi reculé, passant de 155 millions à 145 millions, alors que ce secteur a affiché une perte d'exploitation de sept millions, comparativement à un bénéfice de 18 millions il y a un an.

Abitibi dit avoir réalisé un gain de 304 millions avec la vente de son usine de Saint-Félicien et touché un gain de 25 millions à la suite d'une modification fiscale. Ces gains ont été partiellement annulés par une perte de change de 177 millions sur sa dette libellée en dollars américains et par une charge de sept millions liée au remboursement de sa dette.