Marchés boursiers - Les technos relancent Toronto

Le principal indice de la Bourse de Toronto a terminé la séance d'hier en hausse, les titres technologiques ayant profité de l'annonce de contrats par l'équipementier des télécommunications Nortel Networks.

L'indice composé S&P/TSX a ainsi clôturé avec un gain de 35,70 points, soit 0,6 %, à 6263,31 points, après avoir affiché plus tôt dans la séance un recul de 50 points. «Commencer sur une note négative avec de décevants résultats trimestriels et terminer du côté positif montre qu'il existe toujours un appétit pour les valeurs mobilières, ce qui est fantastique», a estimé Patti Croft, économiste en chef et directrice de gestion chez Sceptre Investment.

«Les titres sont toujours en-dessous de leurs sommets précédents et peut-être que les données économiques fondamentales commencent à avoir meilleure allure», a-t-elle ajouté. Sept des 10 sous-groupes ont terminé la séance en progression, menés par un gain de 7,8 % des titres technologiques et un autre de 2,1 % du secteur de la consommation discrétionnaire.

À New York

À New York, le Dow Jones a gagné 215,84 points, soit 2,6 %, à 8538,24 points, tandis que Nasdaq a avancé de 21,81 points, soit 1,7 %, à 1309,67 points. L'indice S&P 500 a progressé de 15,33 points, soit 1,7 %, à 899,72 points.

Les actions américaines ont donc affiché hier leur septième hausse en huit séances, le marché ayant salué la dernière livraison de résultats de sociétés, notamment ceux de l'industriel 3M. Jusqu'à présent 215 sociétés figurant dans l'indice Standard & Poor's 500 ont publié leurs résultats trimestriels, selon Thomson First Call. Soixante pour cent d'entre elles ont dépassé les prévisions de Wall Street, alors que la moyenne historique est de 58 %.

De surcroît, les déclarations du secrétaire d'État américain Colin Powell ont contribué à apaiser les craintes qu'éprouvent les investisseurs en ce qui a trait à un conflit en Irak. Powell a dit que Washington présenterait cette semaine au Conseil de Sécurité de l'ONU une résolution de compromis sur l'Irak, une première proposition ayant été rejetée.

C'est la première fois depuis octobre 2000 que la Bourse affiche sept hausses sur huit séances, selon MarketHistory.com. «Le marché est devenu franchement sous-évalué, ce qui implique qu'on en a tant vu qu'on ne pouvait pas tomber plus bas», a dit Stanley Nabi, directeur général de Crédit Suisse Asset Management. «Nous sommes actuellement à une époque où les sociétés sont conformes aux prévisions, voire un peu mieux.»

Il s'agit des plus hauts niveaux des indices américains depuis le 11 septembre dernier, date du premier anniversaire des attentats à New York et Washington. Depuis le début du récent mouvement de hausse le 10 octobre, le Dow Jones et le SP 500 gagnant plus de 17 % et le Nasdaq près de 16 %.

Sur le marché obligataire, le rendement de l'obligation du Trésor à 10 ans est remonté à 4,23 % contre 4,1 % vendredi soir et celui de l'obligation à 30 ans à 5,14 % contre 5,06 %.