Le conseil d'administration de GM va se réunir vendredi

Detroit — Le conseil d'administration du groupe automobile américain General Motors va se réunir vendredi pour envisager l'offre du français Renault et son allié japonais Nissan d'ouvrir des discussions, a indiqué hier le journal Detroit News.

L'information n'a pas pu être confirmée chez General Motors, dont le siège est à Detroit. Hier était un jour férié aux États-Unis.

Un porte-parole de ce constructeur, qui occupe la première place mondiale, avait refusé lundi de réagir aux propos des conseils d'administration de Nissan et de Renault, qui s'étaient dits le même jour ouverts à d'éventuelles négociations sur une alliance à trois.

«Nous n'avons pas de nouvelles informations à ce stade», a indiqué une porte-parole de GM jointe par l'AFP à New York.

Un des actionnaires de GM, l'Américain Kirk Kerkorian qui détient 9,9 % du groupe, a proposé que celui-ci ouvre des discussions en vue d'un partenariat avec le groupe franco-japonais Renault-Nissan pour faire face à ses difficultés.

«Comme nous l'avons dit vendredi, la requête [de Kirk Kerkorian] va être prise en considération par le conseil d'administration», avait ajouté lundi la porte-parole de GM, Gina Proia, sans toutefois indiquer quand celui-ci se réunirait.

GM traverse actuellement une passe difficile et a subi l'an dernier une perte nette de 10,6 milliards de dollars. Il a engagé un plan de restructuration prévoyant la suppression de quelque 30 000 emplois et la fermeture de plusieurs usines en Amérique du Nord. Ses ventes ont de plus chuté de 26 % en juin par rapport au même mois de l'année précédente.