Arcelor retourne sa veste

Lakshmi Mittal
Photo: Agence Reuters Lakshmi Mittal

Paris — Après cinq mois de bataille, le géant européen de l'acier Arcelor s'oriente finalement vers un mariage avec son rival Mittal Steel, en raison notamment des difficultés qu'il éprouve à faire accepter son projet d'alliance avec le russe Severstal.

Le numéro un mondial de l'acier Mittal Steel est «en discussions avancées» avec le groupe européen Arcelor en vue d'un rapprochement, a indiqué vendredi à l'AFP un porte-parole de Mittal.

«Nous confirmons que Mittal est en discussions constructives et avancées avec Arcelor, qui pourraient déboucher ou non sur une offre d'achat recommandée» par la direction d'Arcelor, a déclaré le porte-parole.

La direction d'Arcelor doit se réunir dimanche au Luxembourg pour trancher entre l'OPA de Mittal, qui était une offre hostile au départ, et son projet de fusion alternatif, privilégié jusqu'ici, avec le russe Severstal de l'oligarque Alexeï Mordachov.

Le p.-d.g. et principal propriétaire de Severstal, Alexeï Mordachov, est arrivé hier à Luxembourg en vue de rencontrer la direction du groupe européen, a indiqué à l'AFP une source industrielle. De son côté, Lakshmi Mittal doit arriver aujourd'hui. «La direction d'Arcelor doit rencontrer samedi les deux hommes séparément», a précisé cette source.

La direction d'Arcelor semble de plus en plus tentée par un rapprochement avec l'entreprise de l'Indien Lakshmi Mittal. Cela constituerait une volte-face dans la mesure où elle a longtemps décrié l'offre de Mittal depuis son annonce, le 27 janvier.

Arcelor a jusqu'ici estimé que ce mariage n'avait pas de sens industriel et sous-évaluait le groupe européen. Pour faire front, son patron Guy Dollé avait récemment imaginé un mariage avec Severstal.

Mais l'irruption de l'oligarque russe a suscité les réticences voire l'hostilité d'actionnaires d'Arcelor. Parmi ces derniers, l'homme d'affaires franco-polonais Romain Zaleski, qui détient 7,8 % du capital.

Mercredi, Arcelor a même été contraint d'annuler une assemblée générale extraordinaire. Severstal a aussitôt modifié son offre, proposant de ne prendre que 25 % du capital au lieu des 32 % prévus.

Parallèlement, Arcelor a amorcé des négociations avec Mittal, «poussé par une bonne partie du conseil», a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.

En retour, Mittal Steel semble disposé à faire d'importantes concessions pour réaliser le mariage. «Mittal est prêt à faire des efforts sur des cessions d'actifs sous-productifs. Il accepterait que le nouveau conseil ait une majorité d'administrateurs venant d'Arcelor», a expliqué une source proche d'Arcelor.

Reste un point d'achoppement: le prix. Arcelor veut obtenir autour de 44 euros par action contre 36 euros actuellement proposés, selon la même source, ce qui valoriserait l'offre à plus de 28 milliards d'euros, contre 23 milliards actuellement au cours du marché.

«Nous attendons une offre formalisée et écrite pour nous prononcer dimanche», souligne-t-on du côté du groupe européen.

Sentant le vent tourner, des voix s'élèvent pour soutenir Severstal. Le ministre russe de l'Industrie Viktor Khristenko a ainsi mis en garde vendredi contre tout sentiment russophobe.

Il n'est pas non plus exclu que le conseil d'administration d'Arcelor adopte une attitude neutre dimanche et s'en remettre au vote des actionnaires.

Depuis mercredi, la cotation des actions Arcelor est suspendue en Europe à la demande de l'Autorité des marchés financiers (AMF) française qui réclame une position claire du sidérurgiste.