Arcelor s'allie à la russe Severstal

Alexeï Mordachov, patron et «actionnaire de référence» de Severstal
Photo: Agence France-Presse (photo) Alexeï Mordachov, patron et «actionnaire de référence» de Severstal

Bruxelles — Le géant européen de l'acier Arcelor a annoncé hier une alliance avec la plus importante entreprise sidérurgique russe, Severstal, qui s'avère une offensive décisive dans son bras de fer avec Mittal Steel.

L'alliance avec Severstal fera de l'entreprise russe le premier actionnaire du groupe européen. Arcelor, qui conservera son nom, souligne que cette alliance donnera naissance à «un nouveau leader mondial de l'acier et au groupe le plus profitable de l'industrie sidérurgique».

Le groupe néerlando-indien Mittal Steel, qui a déposé une proposition d'achat pour Arcelor plus tôt ce mois-ci, a été prompt à réagir dans un communiqué, critiquant vivement cet accord le qualifiant de «combinaison de seconde zone» destiné à manipuler les actionnaires. Pour Mittal, cette initiative est sans précédent et empêche les actionnaires d'avoir un vrai choix sur l'avenir de la société.

Interrogé sur la chaîne française Europe-1, le p.-d.g. d'Arcelor, Guy Dollé, a assuré que ce projet n'aurait aucune «conséquence négative sur l'emploi», notamment en Europe. M. Dollé a souligné que cette «fusion amicale», discutée depuis trois ans, avait une «probabilité de réussite très forte».

«Nous allons proposer à nos actionnaires cette transaction. J'ai grande confiance dans le fait que la majorité d'entre eux l'accepteront puisqu'elle est très profitable pour eux et qu'elle constitue la création d'un leader mondial», déclare encore le p.-d.g. d'Arcelor.

De son côté, interrogé par l'Associated Press, le futur partenaire russe d'Arcelor, Alexeï Mordachov, patron et «actionnaire de référence» de Severstal, a également souligné que cet accord allait donner la plus importante firme sidérurgique en termes de production. Après trois ans de négociations, «l'offre de Mittal a été le catalyseur» qui a permis de déboucher sur un accord, a-t-il encore dit.

Alexeï Mordachov, 40 ans, occupe la 64e place des hommes les plus riches de la planète, selon le magazine Forbes, avec une fortune estimée à 7,6 milliards $US.

Sur la base des résultats 2005 des deux groupes, l'ensemble Arcelor-Severstal sera le premier groupe sidérurgique au monde avec un chiffre d'affaires de 46 milliards d'euros (environ 65 milliards $CAN) et une production d'acier de 70 millions de tonnes.

En échange de son entrée dans le capital d'Arcelor à hauteur de 32 %, Severstal s'engage à ne pas accroître son niveau de participation dans Arcelor pendant quatre ans, et à ne pas céder ses actions Arcelor pendant cinq ans.

L'opération valorise Arcelor à 44 euros (environ 62,25 $CAN) par action, soit une prime de 100 % par rapport au cours de clôture de l'action Arcelor au 26 janvier 2006, veille de l'annonce par Mittal Steel de son offre hostile. Jeudi, l'action Arcelor était cotée autour de 34 euros (environ 48,10 $CAN).

Selon ce projet d'alliance, les actionnaires bénéficieront d'une distribution en numéraire d'un montant maximum de 7,6 milliards d'euros (environ 10,7 milliards $CAN), y compris dividendes et offre publique de rachat d'actions.

L'opération présentée au conseil d'administration d'Arcelor jeudi soir doit encore être soumise à l'autorisation des autorités de concurrence, que les parties prévoient d'obtenir rapidement. L'opération devrait être close en juillet prochain, sous réserve de l'obtention des autorisations réglementaires nécessaires.

Lundi, le p.-d.g. de Mittal Steel, Lakshmi Mittal, s'était dit «convaincu» d'obtenir la majorité des actions Arcelor et de conclure l'OPA/OPE (offre publique d'achat/offre publique d'échange) lancée le 18 mai, estimant qu'il n'existe «pas de meilleur rapprochement» que celui qu'il propose.

Le 18 mai dernier, après avoir reçu le feu vert des autorités financières françaises, belges, luxembourgeoises et néerlandaises, Mittal Steel avait lancé une OPA/OPE de 21 milliards d'euros (environ 29,7 milliards $CAN) sur Arcelor, trois quarts en actions Mittal et un quart en numéraire, qui court sur une durée de 30 jours ouvrables.

Le lendemain, Mittal Steel relevait de manière substantielle son offre d'acquisition, portant la valeur du groupe européen à 25,8 milliards d'euros (environ 36,5 milliards $CAN). Il valorisait le titre Arcelor à 37,74 d'euros (environ 53,39 $CAN), contre 28,21 d'euros (environ 39,91 $CAN) dans l'offre initiale. Le groupe néerlando-indien s'était également engagé à procéder à des changements dans sa direction.