Conflit sur le bois d'oeuvre - Domtar ferme deux scieries

Domtar ferme pour une période indéterminée deux scieries en Beauce, en raison du conflit commercial sur le bois d'oeuvre entre le Canada et les États-Unis.

La compagnie montréalaise a fait savoir hier que les scieries de Sainte-Aurélie et de Sainte-Marie cesseraient leurs activités à compter du 7 juin. Ces mesures toucheront 140 employés de Domtar ainsi que 70 autres qui travaillent pour un sous-traitant.


«Le conflit canado-américain sur le bois d'oeuvre résineux crée une situation changeante», a précisé Monique Martin, première vice-présidente du groupe des produits forestiers chez Domtar. «Les nouveaux droits compensateurs et antidumping totalisant 27,2 % qui seront imposés autour du 23 mai prochain auront un impact sur la demande et sur les prix qui est très difficile à prévoir.»


«Dernièrement, nous avons subi une baisse de la demande pour nos produits car certains acheteurs américains ont profité du vide juridique actuel et de l'absence de droits pour accumuler des stocks importants. Nous sommes donc obligés de réduire nos activités de fabrication afin d'assurer un équilibre entre notre production et les besoins du marché.»


Puisqu'une grande partie de l'approvisionnement en fibre des usines de sciage de Domtar en Beauce provient des États-Unis, l'entreprise a demandé au gouvernement fédéral de prendre les mesures nécessaires pour obtenir du gouvernement américain une exemption de droits tarifaires. Cette requête a toutefois été rejetée par Ottawa, même si Domtar a demandé au gouvernement fédéral de reconsidérer sa décision.


Les droits tarifaires imposés par les Américains sur le bois d'oeuvre canadien sont constitués d'un droit compensateur de 18,8 % ainsi que d'un droit antidumping de 8,4 %. Ces droits varient pour chaque province ou chaque entreprise, les provinces les plus durement touchées étant la Colombie-Britannique et le Québec, parce que les Américains estiment que les droits de coupe sur les terres publiques y sont trop peu élevés.