Volkswagen Passat 2006 - Une voiture divinement réussie

Vous vous souvenez de la publicité de la Passat datant du début des années 1990, dans laquelle on surnommait cette voiture «la grande Volkswagen»? Eh bien aujourd'hui, cette définition lui va mieux que jamais.

Plusieurs d'entre vous diront que la Phaeton représente la plus grande voiture de la marque Volkwagen, mais puisque cette berline marginale n'existe que pour satisfaire les désirs du Dr Piëch, je ne la considère pas comme un véritable membre de la famille. Qu'importe, la nouvelle Passat, troisième de six générations à être commercialisée au Canada, nous arrive avec les meilleures intentions.

Du terrain de «foot» à l'opéra

Tantôt sportive et tantôt d'une rare élégance, la «robe» de la Passat est divinement réussie. C'est notamment grâce à un parfait équilibre des masses, aux lignes fluides, et à cette calandre chromée inspirée du museau de la Coccinelle d'antan, que cette intermédiaire peut dégager cette image unique. Malgré l'absence d'un logo prestigieux, la Passat se compare esthétiquement à plusieurs voitures qui sont des sommités en matière de luxe, d'élégance et de prestige. Plusieurs éléments de carrosserie sont semblables à ceux de la Jetta, mais il est clair que sa ligne mieux réussie ne suscite, contrairement à celle de sa petite soeur, aucune controverse.

Plus spacieuse que jamais, la Passat est plus grande que sa devancière, dehors comme dedans. Le grand espace accordé aux jambes, aux épaules et à la tête contribue au confort des occupants, au même titre que les sièges. Ces derniers, bien rembourrés et très douillets, manquent cependant de support latéral, ce qui étonne dans un produit de marque Volkswagen. Le tableau de bord incliné est un modèle d'ergonomie, de par la disposition des différents accessoires et la facilité de consultation des instruments. Toutefois, si vous optez pour le système de navigation, complexe et peu efficace, ce qualificatif n'est plus applicable. Comme à l'habitude, la qualité d'assemblage et de finition est sans reproche. D'ailleurs, à ce sujet, Volkswagen a élaboré un nouveau procédé qui consiste à éliminer toute trace de points de soudure dans les cadrages des portières et du coffre. Ce qui prouve que la finition est un élément de premier ordre pour ce constructeur.

Turbo ou VR6, mais pas de TDI

Vous avez bien lu, tant le Canada que les États-Unis ne bénéficieront pas d'un moteur TDI dans la Passat. C'est du moins ce qu'a déclaré John White, vice-président exécutif de Volkswagen Canada, qui explique cette décision par la non-conformité des moteurs actuels aux normes environnementales qui seront effectives dès 2007. Dommage, car le moteur TDI a représenté chez nous plus de 50 % des ventes de Passat en 2004 et 2005.

Néanmoins, Volkswagen propose deux nouveaux moteurs qui sauront certainement combler une majorité d'acheteurs. Premièrement, le 2.0T, remplaçant le 1.8T, se veut plus puissant mais surtout plus homogène. Il réconcilie plusieurs conducteurs avec la turbocompression, puisque le temps de réponse du turbo est drôlement réduit. Les accélérations sont donc plus linéaires, et ce, tant avec la boîte manuelle qu'automatique. Et, bonne nouvelle, le 2.0T est capable de conserver une moyenne de consommation d'essence sous la barre des 10 litres aux 100 km, si on a le pied léger. En deuxième lieu, on nous propose un nouveau moteur VR6 positionné transversalement et incliné à seulement 10,6 degrés, qui se veut de 8 kilos plus léger que l'ancien V6. Très performant, il recèle une puissance de 280 chevaux, qui lui permet de boucler le 0-100 km/h en 6,6 secondes. Seul moteur offert dans la Passat à pouvoir s'accoupler au mode de transmission intégral 4Motion, il pourrait facilement prendre le relève du V6 de 3,2 litres dans le Volkswagen Touareg.

Une grande routière

Le fait de voir défiler les kilomètres au volant d'une Passat est un réel plaisir. La voiture est équilibrée et bien assise sur des pneus aux dimensions convenables, ce qui ne crée aucun effet de couple. La stabilité routière est exceptionnelle, la suspension est fort bien calibrée pour offrir confort et tenue de route, et la direction à assistance électromécanique est aussi précise que communicative. En conduite sportive, la Passat étonne par son agilité et la grande rigidité de son châssis. Toutefois, l'accélérateur électronique est d'une lenteur désolante, ce qui engendre un délai d'au moins une seconde entre le moment où l'on appuie et celui où le moteur se met en branle. Ce phénomène se fait cependant davantage ressentir avec le moteur VR6, qui ne devrait pas représenter plus de 10 % des ventes canadiennes.

Toujours assemblée en Allemagne, la Passat devrait, espérons-le, continuer au offrir une fiabilité honnête. Chose certaine, il s'agit d'une voiture extrêmement réussie, bien conçue, confortable et agréable à conduire, qui saura certainement répondre aux besoins de la clientèle nord-américaine.

***

FICHE TECHNIQUE

VOLKSWAGEN PASSAT
- Moteur: 4-cylindres 2,0 litres

turbo/V6 3,6 litres
- Puissance: 200 chevaux/

280 chevaux
- 0-100 km/h: 7,4 sec/6,6 sec.
- Vitesse maximale: 209 km/h
- Échelle de prix:

29 950 $ à 44 990 $

Collaborateur du Devoir
1 commentaire
  • Pierre Lavallée - Inscrit 13 février 2006 12 h 10

    Passat

    Sur le plan esthétique la Passat comme la Jetta font un peu "clinquant à la Pontiac" avec leur surabondance de chrome... C'est uen question de goût.. Mais le pricipal problème de la Passat et sur le plan de la fiabilité. Comme tous les autres produits Volkswagen la fiabilité du produit est douteuse...