Publication d'un rapport de l'OCDE - Les dépenses de santé doubleront d'ici 2050

Paris — Les dépenses publiques de santé et de soins de longue durée doubleront d'ici 2050 dans les pays de l'OCDE «si les tendances actuelles se poursuivent», prévoit l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans un rapport rendu public hier. Ces dépenses atteindraient alors en moyenne 12,8 % du PIB contre 6,7 % aujourd'hui.

«Même si les gouvernements parvenaient à contenir la hausse des coûts, ces dépenses atteindraient tout de même 10 % environ du PIB», ajoute l'OCDE dans un texte de présentation du rapport.

Selon cette étude, en dehors de la hausse due à la demande de populations plus âgées et plus aisées, l'augmentation des dépenses de santé dépasse d'un point celle du revenu global des pays de l'OCDE. «Cela tient essentiellement aux progrès des technologies médicales et au développement rapide des services de santé», explique l'organisation. «Même lorsqu'une nouvelle technologie réduit le coût d'un traitement, l'augmentation de la demande pour ce traitement peut faire croître la dépense publique.»

Ce sont ces facteurs-là qui exerceraient à long terme le plus de pressions sur les dépenses de santé.

En France, les dépenses publiques de santé et de soins de longue durée passeraient de 8,1 % du PIB en 2005 à 13,4 % en 2050 si les tendances actuelles se poursuivent, à 10,8 % si le gouvernement prend des mesures pour contenir la croissance liée à la hausse des prix et aux nouvelles technologies. Au Canada, les dépenses publiques passeraient de 7,3 à 13,5 % du PIB (à 10,8 % si mesures gouvernementales) et aux États-Unis, de 7,2 à 12,4 % (à 9,7 %) respectivement.