La construction résidentielle est restée stable au Québec en janvier

La construction résidentielle est demeurée stable au Québec en janvier, selon les données publiées hier par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

L'organisme a relevé un total de 2220 logements mis en chantier dans les centres urbains de 10 000 habitants et plus durant la période, ce qui représente presque exactement le bilan de janvier 2005, qui était de 2211.

La SCHL souligne toutefois que les performances varient substantiellement selon les régions et les segments de marché. Ainsi, alors que les mises en chantier dans les régions métropolitaines de recensement affichaient une baisse de 5 % dans l'ensemble, les régions de Gatineau et de Québec ont des augmentations de 88 % et de 26 %, respectivement.

Le nombre de mises en chantier dans l'ensemble des régions métropolitaines, soit celles de 100 000 habitants et plus s'est établi à 1839 en janvier dernier, comparativement à 1945 un an plus tôt. La baisse globale est attribuable aux reculs observés dans les régions de Montréal (-20 %), de Saguenay (-75 %) et de Sherbrooke (-38 %).

Du côté des agglomérations de 50 000 à 99 999 habitants qui comprennent Drummondville, Granby, Shawinigan et Saint-Jean-sur-Richelieu, les 230 logements qui ont levé de terre représentaient près du double du résultat de janvier 2005. La SCHL estime par ailleurs que, dans les agglomérations de 10 000 à 49 999 habitants, la construction est demeurée stable par rapport à la même période l'an dernier.

Dans le segment des maisons individuelles, le Québec a enregistré une faible hausse de 1 % des mises en chantier. L'enquête révèle que 766 maisons ont été mises en chantier le mois dernier, comparativement à 759, durant la même période l'année précédente. Comme ce fut le cas pour les maisons individuelles, les 1454 logements collectifs mis en chantier dans les centres urbains représentent le même rythme de construction qu'en janvier 2005.