Marchés boursiers - Hausse modeste pour Toronto

Une appréciation des titres de l’énergie a aidé la Bourse de Toronto à terminer la semaine avec un léger gain, hier. Ainsi, l’indice S&P/TSX a grappillé 7,71 points, à 11 937,62. Après avoir crû de 6,0 %, rien qu'en janvier, l'indice est retombé de ses sommets; il reste en hausse nette de 81 points cette semaine.

«Le marché se replie un peu, il n'y a pas de panique pour autant», constate Douglas Davis, président de la maison Davis Rea. «Il y a un bon moment que le marché, à mon avis, est rendu dans la stratosphère, alors il a sans doute besoin de subir une certaine correction.»

Aux États-Unis, la journée était maussade avec la création de 193 000 emplois en janvier, calculait le département du Travail, à court du pronostic d'économistes qui en attendaient quelque 250 000. Par ailleurs, le salaire horaire états-unien moyen le mois dernier a progressé de 0,4 % en écart mensuel, soit plus que prévu, d'où la crainte que se poursuivent les hausses de taux d'intérêt, pour cause de pressions inflationnistes.

L'indice du Michigan de la confiance des consommateurs est descendu à 91,2 points, plus bas qu'anticipé par les analystes. Finalement, le marchand par Internet Amazon.com a fait part d'un profit en baisse durant le trimestre qui inclut le magasinage des Fêtes.

À la cote new-yorkaise, le brut de référence s'est apprécié de 69 ¢US, à 65,37 $US le baril, après deux séances de diminution du pétrole.

Le dollar canadien a de nouveau perdu du terrain, légèrement cette fois, avec un recul de 5 centièmes, à 87,32 ¢US.

À Wall Street, le Dow Jones des 30 industrielles est tombé de 58,36 points, à 10 793,62, et le S&P 500 a cédé 6,81 points, à 1264,03.

La semaine prochaine

La Bourse de New York devrait marquer une pause la semaine prochaine, après la publication d'une rafale de résultats et d'indicateurs économiques, les courtiers se reportant vraisemblablement sur le pétrole et les perspectives de hausse des taux. Lors de la semaine écoulée, l'indice des 30 valeurs-vedettes, le Dow Jones, a perdu 1 %. L'indice composé du Nasdaq a cédé 1,8 %, terminant hier à 2262,58 points. L'indice élargi Standard and Poor's 500 a quant à lui reculé de 1,5 %.

Sur le marché obligataire, le rendement du bon du Trésor à 10 ans est monté, à 4,53 %, contre 4,5 % vendredi dernier, tandis que celui à 30 ans a reculé à 4,64 % contre 4,68 %.

«La semaine prochaine, il y aura peu d'indicateurs économiques de nature à influencer les marchés financiers. Aux États-Unis, il y aura essentiellement la balance commerciale», remarquent les analystes de la banque Ixis. «Dans cet environnement, les marchés pourraient se stabiliser en attendant d'avoir des éléments supplémentaires de nature à changer la tendance», ajoutent-ils.

De leur côté, les économistes de Lehman Brothers affirment que «les marchés auront l'occasion de digérer les statistiques de l'emploi dans le contexte d'un communiqué révisé de la Réserve fédérale».

Ces chiffres ont été publiés trois jours après que la Fed eut estimé que «d'autres resserrements monétaires pourraient être éventuellement nécessaires» pour garantir notamment la stabilité des prix. Ils pourraient donner du grain à moudre au marché, qui s'attend pour l'instant à voir les taux d'intérêt de la Fed progresser à 4,75 % en mars, voire à 5 % à la fin du semestre.