Les grands de l'automobile ont connu de bonnes ventes en janvier

Toronto — Les grands constructeurs automobiles ont enregistré de bonnes ventes au Canada en janvier, grâce principalement aux ventes de véhicules intermédiaires, qui ont surpassé celles des camionnettes.

Le chef de file du marché, General Motors Canada, a fait état hier de 22 947 unités vendues le mois dernier, une hausse de 9,1 % par rapport au mois de janvier 2005. Ses ventes d'automobiles ont grimpé de 14,1 % tandis que les ventes de camionnettes ont progressé de 4,4 %, grâce à une croissance de 200 % des ventes de petits véhicules dits «utilitaires sport».

Chez Ford Canada, les ventes ont totalisé 11 602 véhicules en janvier, une progression de 8,5 % par rapport à la période correspondante l'an dernier. Le même mois, la société mère annonçait, à Dearborn au Michigan, l'élimination de 25 000 à 30 000 emplois et des fermetures d'usines — jusqu'à 14 — au cours des six prochaines années. Les ventes de voitures Ford au pays ont augmenté de 15,4 %, et celles de camionnettes, de 5,8 %.

Les ventes de DaimlerChrysler Canada ont totalisé 16 405 véhicules, une croissance de 10,7 % par rapport à janvier 2005, a fait savoir le manufacturier. La progression a été de 17,8 % pour les voitures et de 8,4 % pour les camionnettes.

Les asiatiques

Toyota Canada a enregistré un record mensuel de 9300 unités vendues, soit 6,3 % de plus qu'en janvier 2005. Les voitures ont connu une augmentation des ventes de 0,9 %; la hausse a été de 21,4 % pour les camionnettes, sous l'impulsion du nouveau VUS compact RAV4.

Chez Honda Canada, on rapportait des ventes en hausse de 5 % pour les Honda et Acura, grâce à la progression de 26 % des nouvelles versions des berlines et coupés Civic, le modèle de voiture le plus vendu au pays.

Chez les autres manufacturiers asiatiques, Nissan Canada a vendu 3426 Nissan et 395 Infiniti.

Grâce notamment à sa nouvelle Jetta, le fabricant allemand Volkswagen a écoulé 1753 unités — 57,5 % de plus qu'en janvier 2005. Chez Porsche, les ventes sont restées stables à 105 véhicules.

Par ailleurs, les fabricants asiatiques ont gagné de nouvelles parts de marché aux États-Unis le mois dernier, ce qui est venu tempérer l'impact de la bonne nouvelle que constitue, pour leurs rivaux américains, une première hausse mensuelle des ventes depuis la fin de leur offre de véhicules «au prix payé par les employés», l'été dernier.