L'économie canadienne a crû de 0,2 % d'octobre à novembre

Ottawa — L'économie canadienne a poursuivi sa croissance en novembre dernier, en affichant un gain de 0,2 % par rapport au mois précédent, a indiqué hier Statistique Canada.

En valeur, le produit intérieur brut (PIB) pour l'ensemble des industries a atteint en novembre 1083 milliards de dollars, a compilé Statistique Canada dans son bulletin quotidien. De novembre 2004 à novembre 2005, la croissance du PIB a été de 3 %.

Statistique Canada a souligné que le dynamisme des industries de services a plus que compensé le recul dans la production de biens. Le secteur des services compte en effet pour plus des deux tiers de l'activité économique totale (69 %), rappelle la Financière Banque Nationale dans son commentaire sur les chiffres de Statistique Canada.

Ventes d'automobiles

La croissance s'est donc concentrée dans le commerce de détail, qui a gonflé de 1,3 %, notamment grâce aux fortes ventes de véhicules automobiles neufs, ainsi que dans la construction (+0,7 %) et les industries liées au tourisme (+1,8 %). En excluant les ventes d'autos, la progression du commerce de détail n'est que de 0,6 %, précise l'agence de la statistique.

Les baisses affichées par les grossistes et les manufacturiers de véhicules automobiles, par le secteur agricole et forestier, et par celui de la production d'électricité ont limité la croissance de l'économie. La production de véhicules automobiles a ainsi fléchi de 5 % après avoir bondi de 10,7 % en octobre, apprend-on. Les pièces d'auto ont aussi décliné pour un troisième mois consécutif, de 3,7 %.

En octobre, le PIB avait aussi augmenté de 0,2 % par rapport au mois précédent (qui avait toutefois affiché un recul de 0,1 %).

Dans son analyse des chiffres publiée hier, la section études économiques de Desjardins estime que la croissance trimestrielle annualisée pour le dernier trimestre 2005 atteindra 2,8 %, en raison de la hausse vraisemblable du PIB réel par industrie en décembre. Plus pessimiste, la Financière Banque Nationale croit plutôt que la croissance du PIB au quatrième trimestre se fixera à 2,2 %, à supposer une hausse de 0,2 % en décembre.

La Banque Nationale considère en effet que la croissance de 2,5 % prévue par la Banque du Canada au quatrième trimestre est inaccessible, puisqu'une hausse de 0,4 % du PIB en décembre demeure «relativement improbable».