Le Devoir

Où se joueront les élections fédérales ?

Où se joueront les élections fédérales ?

26 août 2021

En provoquant des élections anticipées, le premier ministre Justin Trudeau aspire à une majorité parlementaire, après l’avoir perdue lors des élections de 2019. Pour gagner leur pari, les libéraux devront conserver leurs 155 sièges actuels, en plus d’en gagner au moins 15 autres pour obtenir les 170 voix nécessaires à une majorité.

Il n’est toutefois pas exclu que les Canadiens assistent à un changement de parti à la tête du prochain gouvernement. Le Parti conservateur d’Erin O’Toole, qui comptait 119 sièges à la dissolution de la Chambre, pourrait effectivement gagner assez de circonscriptions pour défaire le parti libéral cette année.

Pour obtenir une majorité, les conservateurs devront se faire élire dans 51 circonscriptions de plus qu’au dernier scrutin. Rappelons que les conservateurs avaient récolté 34,4 % du vote populaire en 2019, contre 33,1 % pour les libéraux.

Par conséquent, les circonscriptions où les résultats ont été les plus serrés aux dernières élections pourraient jouer un rôle primordial cette année. Le Devoir vous présente les luttes à surveiller en vue du scrutin de septembre.

Les écarts les plus minces de 2019

Ce sont les circonscriptions dites « pivots », là où le vote des électeurs peut facilement osciller entre deux, voire trois partis. En effet, certains députés n’ont gagné leur siège que par quelques centaines de votes en 2019. Tour d'horizon pancanadien des 10 circonscriptions où la différence de voix a été la plus faible au dernier scrutin.

Port Moody—Coquitlam

Colombie-Britannique

Gagnée par les conservateurs, chaudement disputée par le NPD

Premier arrêt dans le district du Grand Vancouver, où la course fut la plus serrée à travers le pays, en 2019. La députée conservatrice, Nelly Shin, a gagné son siège par quelque 153 votes, soit un écart de 0,3 % des voix qui la séparait de la candidate néo-démocrate Bonita Zarrillo. Les deux candidates croiseront le fer à nouveau cette année.

Coquitlam-Port Coquitlam

Colombie-Britannique

Gagnée par les libéraux, chaudement disputée par les conservateurs

Dans la circonscription voisine, située à une dizaine de km, une autre lutte féroce s’est déroulée lors des dernières élections. Le député Ron McKinnon a battu son adversaire conservateur par 390 voix pour conserver de justesse le siège libéral.

Yukon

Gagnée par les libéraux, chaudement disputée par les conservateurs

Après avoir remporté son siège dans une majorité confortable en 2015, le député libéral Larry Bagnell l’a échappé belle au dernier scrutin, ayant conservé son siège par 153 votes, soit un écart de 0,7 % des voix avec le député conservateur Jonas Smith.

M. Bagnell a annoncé qu'il ne sera pas candidat lors de la prochaine campagne électorale. À 71 ans, il souhaite pouvoir passer plus de temps avec sa famille.

Richmond Hill

Ontario

Gagnée par les libéraux, chaudement disputée par les conservateurs

Grâce à une différence de 212 votes, le député libéral Majid Jowhari a gagné le siège dans cette circonscription de l’Ontario. Cette mince pluralité de 0,4 % des voix lui permet de défaire son rival conservateur Costas Menegakis.

Kitchener-Conestoga

Ontario

Gagnée par les libéraux, chaudement disputée par les conservateurs

Les libéraux ont pu faire un gain dans la circonscription ontarienne grâce à une majorité de 365 votes. L’ex-député conservateur Harold Albrecht a dû céder sa place à Tim Louis après y avoir siégé durant 4 mandats consécutifs.

Québec

Québec

Gagnée par les libéraux, chaudement disputée par le Bloc québécois

Au Québec, le ministre libéral Jean-Yves Duclos a lui aussi obtenu son siège par quelques centaines de voix. Avec 33,3 % des voix, ce ne sont que 325 votes qui ont fait la différence entre lui et la candidate du Bloc québécois, Christiane Gagnon (32,7 %). Ces résultats placent M. Duclos dans le palmarès des députés s’étant fait élire avec le plus faible pourcentage de voix au pays.

Hochelaga

Québec

Gagnée par les libéraux, chaudement disputée par le Bloc québécois

Toujours dans la province de Québec, la députée libérale Soraya Martinez Ferrada, a elle aussi défait son adversaire bloquiste, Simon Marchand, par peu (328 votes). Les deux candidats se représentent cette année.

Sherbrooke

Québec

Gagnée par les libéraux, chaudement disputée par le NPD

La députée québécoise Élisabeth Brière a défait le député néo-démocrate sortant grâce à un peu plus de 600 votes de différence en sa faveur. Mme Brière est parmi les députés s’étant fait élire avec le plus faible pourcentage de voix à travers le pays, soit 29,3 % des voix.

Miramichi—Grand Lake

Nouveau-Brunswick

Gagnée par les libéraux, chaudement disputée par les conservateurs

Le député libéral Pat Finnigan a failli perdre son siège de la circonscription néo-brunswickoise aux conservateurs, ayant gagné avec 1,1 % des voix de différence.

Ce dernier a quitté la politique pour prendre sa retraite depuis, laissant l’avenir politique de la circonscription dans l’incertitude. La circonscription a été détenue par les conservateurs de 2008 à 2015.

Cumberland—Colchester

Nouvelle-Écosse

Gagnée par les libéraux, chaudement disputée par les conservateurs

Députée néo-démocrate provinciale de longue date, la députée Lenore Zann s’est présentée comme libérale en 2019, évoquant que ce changement de parti lui donnerait la meilleure chance pour battre son adversaire dans cette circonscription traditionnellement conservatrice de la Nouvelle-Écosse. Elle a effectivement battu le candidat conservateur Scott Armstrong par 453 votes, soit 1 % des voix.

Trois autres autres courses à surveiller

D’autres circonscriptions du pays pourraient basculer le mois prochain, leur député ayant été élu par une faible proportion des voix. Analyse de trois circonscriptions où le vote a été le plus ardemment divisé entre les partis.

Trois-Rivières

Québec

Gagnée par le Bloc québécois, chaudement disputée par les libéraux et les conservateurs

Avec seulement 28,5 % des voix de sa circonscription, la députée bloquiste Louise Charbonneau est l’élue ayant récolté le plus faible pourcentage de voix au pays en 2019. La candidate libérale Valérie Renaud Martin et le candidat conservateur Yves Lévesque s’étaient chaudement disputé le siège dans cette course à trois au dernier scrutin.

La députée sortante ne sollicite pas un second mandat cette année. L’éthicien René Villemure tentera ainsi de conserver la circonscription.

Beauport-Limoilou

Québec

Gagnée par le Bloc québécois, chaudement disputée par les libéraux et les conservateurs

Après une course à trois serrée tout au long de la soirée électorale, c’est finalement le Bloc québécois qui a acquis le siège conservateur avec un peu moins de 2000 votes de majorité. La députée bloquiste Julie Vignola et l’ex-député conservateur de la circonscription Alupa Clarke se présentent à nouveau cette année.

Du côté des libéraux, la syndicaliste Ann Gingras tentera sa chance cette année. Aucun candidat libéral n’a remporté cette circonscription depuis sa création.

Vancouver Granville

Colombie-Britannique

Gagnée par une candidate indépendante, chaudement disputée par les libéraux

Dernier champ de bataille clé, la circonscription qui inclut une partie de la ville de Vancouver pourrait enregistrer de bien différents résultats cette année, puisque la députée indépendante Jody Wilson-Raybould ne se représente pas. Dans une lettre à ses électeurs, elle évoque que le Parlement est devenu « toxique et inefficace » pendant son mandat en politique.

L’ancienne ministre de la Justice libérale avait quitté son poste et le caucus dans la foulée de l'affaire SNC-Lavalin avant de se faire élire comme candidate indépendante en 2019, avec 32,6 % des voix.

Bien que les luttes chaudement disputées au dernier scrutin demeurent d’intérêt pour la course de cette année, d’autres circonscriptions pourraient s’avérer déterminantes dans le sort du prochain gouvernement. Le taux de participation, le départ de certains députés et d'autres facteurs sociopolitiques pourraient avoir un poids important dans la balance.

Parmi les 10 circonscriptions aux résultats les plus serrés au dernier scrutin, plus de la moitié ont été gagnés par les libéraux au détriment des conservateurs. Le parti conservateur pourrait obtenir une pluralité de sièges et former un gouvernement minoritaire au lendemain du scrutin.

De son côté, si le Parti libéral aspire à une majorité, il doit gagner les voix des électeurs de 15 nouvelles circonscriptions, en plus de conserver celles déjà acquises. Le Parti de Justin Trudeau pourrait notamment faire des gains au Québec, où 78 sièges sont représentés à la Chambre des Communes — et parmi eux, 32 appartiennent au Bloc Québécois.

C’est par ailleurs une vague libérale (40 sièges) dans la province qui a permis au premier ministre d’accéder à sa majorité en 2015. Malgré une quatrième vague de cas de COVID-19 causée par le variant Delta et le manque d'appétit de la population pour un scrutin, Justin Trudeau parviendra-t-il à remporter son pari ?