Le Devoir

Suivez la propagation du COVID-19 à travers le monde

Suivez la propagation du COVID-19 à travers le monde

Mise à jour le {{ formatDate(lastUpdateDate) }}

Depuis la découverte en Chine du virus SARS-CoV-2, responsable de la maladie COVID-19, plus de 170 pays doivent faire face aux conséquences d’une telle épidémie. Quelles mesures sanitaires les gouvernements ont-ils mises en place ? Comment le virus s’est-il propagé? Suivez l’évolution de la pandémie grâce à cette carte préparée par Le Devoir.

Les chiffres de cet article sont mis à jour quotidiennement selon l’évolution de l’épidémie.

La pandémie du COVID-19

Le coronavirus, baptisé COVID-19 le 11 février dernier, a voyagé depuis la première apparition de symptômes chez un habitant de la province de Hubei, en Chine. Le 31 décembre dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été informée d’une épidémie de « pneumonie de cause inconnue » dans la ville de Wuhan, septième ville la plus importante de la Chine avec 11 millions d’habitants. Les premiers individus infectés avaient tous été dans un marché de fruits de mer à Wuhan. Le marché est fermé depuis le 1er janvier 2020. Le virus est maintenant présent dans plus de ... {{ countriesCount }} pays sur cinq continents.

En date du ...{{ formatDate(lastUpdateDate) }}, ...{{ formatNumber(totalConfirmed) }} cas de COVID-19 ont été confirmés et plus de ... {{ formatNumber(totalDeathsRound) }} personnes en sont décédées.

En date du 23 janvier 2020, 581 cas avaient été confirmés. Ils étaient tous localisés en Asie ou aux États-Unis. Dans l’ensemble, 17 personnes étaient décédées à cause du virus. Les autorités chinoises avaient émis des restrictions de déplacement à Wuhan, notamment en annulant des vols, des trains et en suspendant les autobus, les métros et les traversiers.

Le 15 février 2020, un rapport de l’OMS rapportait que la barre des 50 000 cas de COVID-19 avaient été franchie en Chine. Plus de 500 cas d’infection avaient été rapportées en dehors du pays, quelques jours après que les premiers morts hors Chine aient été constatées.

Le 11 mars 2020, avec plus de 121 000 cas rapportés, l’OMS a officiellement déclaré que l’épidémie de la COVID-19 était maintenant considéré comme une pandémie mondiale.

À ce jour, ...{{ formatNumber(totalConfirmed) }} cas ont été rapportés à travers le monde. ... {{ formatNumber(totalDeaths) }} personnes en sont décédés.

En date du ...{{ formatDate(lastUpdateDate) }}, voici les vingt pays les plus durement touchés par l’épidémie :

PaysMortsRétablisCas confirmés
ChargementChargementChargementChargement
{{ index + 1 }}{{ country.name }}{{ formatNumber(country.data[country.data.length - 1].d) }}{{ formatNumber(country.data[country.data.length - 1].r) }}{{ formatNumber(country.data[country.data.length - 1].c) }}

Sur les ...{{ formatNumber(totalConfirmed) }} cas confirmés dans le monde, voici la proportion de personnes décédées, rétablies ou malades:

La Chine : source de l’épidémie

La Chine est le pays sur le continent asiatique qui a connu la plus grande épidémie de COVID-19 : ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('CN').c) }} personnes y ont contracté le virus et ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('CN').d) }} en sont décédées. Jusqu’à maintenant, ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('CN').r) }} malades se sont rétablis de la maladie.

Afin de juguler l’épidémie, le gouvernement chinois a mis en quarantaine plus de 50 millions de personnes au cours des mois de janvier et de février. Après deux mois, les activités économiques ont tranquillement repris à travers le pays, à l’exception de la province de Hubei, l’épicentre de l’épidémie (plus de ... {{ formatNumber(hubei.c) }} cas confirmés).

La compagnie aérienne Air Canada a annoncé le 25 février qu’elle prolongeait la suspension de tous ses vols vers Pékin et Shanghai. Selon le site web d’Air Canada, les vols internationaux en direction de la Chine reprendront à partir du 31 mai 2020. Cette suspension, en vigueur depuis le mois de février, fait suite à la recommandation du gouvernement du Canada, à la fin de janvier, d’éviter tous les voyages non essentiels en Chine.

Premier cas en dehors de la Chine

La première apparition de symptômes à l’extérieur de la Chine a eu lieu en Thaïlande le 13 janvier dernier, soit moins de deux semaines après le début de l’épidémie. C’est une voyageuse chinoise qui a transporté le virus. Le pays de l’Asie de l’Est a toutefois bien contenu la maladie. En date du ...{{ formatDate(lastUpdateDate) }}, ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('TH').c) }} personnes y avaient été contaminées par la COVID-19. ... {{ capitalizeFirstLetter(formatNumber(getDataByCountryCode('TH').d, true)) }} décès y a été rapporté.

Les pays les plus durement touchés par l’épidémie, en dehors de la Chine, sont les États-Unis, l’Italie et l’Espagne.

Deuxième plus important foyer de l’épidémie en Asie

Après la Chine, la Corée du Sud est le pays le plus touché par la COVID-19 sur le continent asiatique. Près de ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('KR').c) }} cas ont été confirmés et ...{{ formatNumber(getDataByCountryCode('KR').d) }} décès causés par le virus ont été signalés.

Selon les autorités sud-coréennes, une femme de nationalité chinoise résidant à Wuhan aurait importé le virus en Corée du Sud le 19 janvier 2020.

Le nombre de personnes atteintes de la COVID-19 s’est multiplié au cours des dernières semaines en Corée du Sud. Toujours selon les autorités nationales, l’éclosion proviendrait de membres de l’Église Shincheonji de Jésus. La majorité des 334 nouveaux cas déclarés le 27 février seraient des membres de la secte religieuse. Le 26 février, le gouvernement a commencé le contrôle des plus de 200 000 fidèles de Shincheonji afin de limiter la propagation de l’épidémie. Néanmoins, la Corée du Sud a été le principal foyer de l’épidémie en Asie après la diminution de la propagation en Chine.

Une croisière plus longue que prévu

Le bateau de croisière Diamond Princess a été accosté à Yokohama, au Japon, du 4 février au 25 mars, après que des cas de COVID-19 eurent été détectés chez les passagers.

Près de ... {{ formatNumber(cruise.c) }} cas de COVID-19 ont été répertoriés sur le bateau. ... {{ capitalizeFirstLetter(formatNumber(cruise.d, true)) }} passagers en sont décédés.

Les croisiéristes avaient été mis en quarantaine dans leurs cabines afin d’endiguer l’épidémie. Le 27 février dernier, les responsables du navire ont confirmé que tous les passagers étaient maintenant sur la terre ferme et qu’ils étaient au Japon ou avaient été rapatriés dans leur pays.

Plus de 40 Canadiens présents sur le bateau ont été touchés par le virus, dont un couple de Québécois qui n’était plus malade en date du 2 mars.

L'Iran touché de plein fouet

...{{ formatNumber(getDataByCountryCode('IR').c) }} Iraniens ont été contaminés et ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('IR').d) }} sont morts. L’Iran a été le principal foyer de l’épidémie au Moyen-Orient avant que le pays ne réussisse à stabiliser son nombre de cas.

Plusieurs membres importants du gouvernement iranien sont également atteints du virus : la vice-présidente Masoumeh Ebtekar, le ministre de la Santé Iraj Harirchi et le député Mahmoud Sadeghi ont été déclarés positifs à la COVID-19. Un conseiller du guide suprême de l’Iran, Mohammad Mirmohammadi, et trois autres membres actifs de la vie politique en Iran sont décédés des suites de la COVID-19.

Le gouvernement iranien a annoncé le 17 mars avoir libéré environ 85 000 prisonniers à cause du virus. Le chef du système judiciaire iranien a indiqué que « la libération des prisonniers continuera tant et aussi longtemps que ça ne génèrera pas d’insécurité dans la société ». Il n’a pas dit quand, ni même si, les prisonniers allaient retourner derrière les barreaux.

Le 24 janvier, l’Europe identifie trois premiers cas. Il s’agit de trois Français ayant séjourné à Wuhan. C’est également en France qu’est survenu le premier décès hors-Asie, le 15 février. Depuis, le virus s’est propagé dans une majorité des pays du continent européen.

Plus importante zone épidémique en Europe

Après la première contamination en sol italien le 31 janvier, qui a été causée par deux touristes chinois qui étaient contagieux mais l’ignoraient, le pays européen a recensé ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('IT').c) }} cas, dont ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('IT').d) }} morts. C’est le pays européen qui recense le plus de cas et le plus de décès, surpassant même les chiffres de la Chine.

Le premier ministre italien, Giuseppe Conte a annoncé la mise en quarantaine de l’ensemble du pays à compter du 10 mars jusqu’au 3 avril. Cette mesure inclut la fermeture des écoles, des universités et interdit les rassemblements culturels ou sportifs.

Le gouvernement italien avait annoncé plus tôt la fermeture des écoles jusqu’au 15 mars, afin de prévenir l’épidémie, mais a décidé de prolonger sa mesure jusqu’au 3 avril.

Une quarantaine qui n’affectait initialement que le nord de l’Italie, a été étendue sur tout son territoire après que le nombre de cas ait bondi au début du mois de mars. Elle est maintenue au moins jusqu’au 3 avril.

Le premier cas de transmission locale européen

Le premier cas de COVID-19 en Allemagne a été décelé le 27 janvier. Il s’agissait d’un employé d’une compagnie d’équipements automobiles qui a été en contact avec une collègue venue de la Chine pour une formation. C’était le premier cas de transmission locale en Europe.

Depuis, plus de ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('DE').c) }} cas ont été déclarés et ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('DE').d, true) }} morts ont été rapportées. L’Allemagne est l’un des pays qui a le taux de mortalité le plus bas en comparaison avec son taux de contamination.

Afin de contrôler l’épidémie, le pays a fermé ses frontières avec la France, la Suisse et l’Autriche le 16 mars dernier. Les voyages non-essentiels sont également interdits en Allemagne, comme dans l’ensemble de l’Union européenne, jusqu’à la mi-avril.

Une quarantaine à l’échelle nationale

La France compte plus de ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('FR').c) }} cas confirmés de COVID-19, dont ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('FR').d) }} décès.

108 établissements de santé sont en mesure de recevoir des patients atteints de la COVID-19. Cela représente au moins un établissement par département français.

La France a assigné à résidence tous ses citoyens pour une durée minimale de 15 jours le 17 mars dernier.

Des cas d’origine italienne

L’Espagne recense ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('ES').c) }} cas d’infection au coronavirus et ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('ES').d) }} décès. Tout juste derrière l’Italie, l’Espagne est le pays européen qui compte le plus de personnes infectées et le plus de décès causés par la COVID-19.

Le 25 février, tous les cas recensés en Espagne avaient un lien épidémiologique avec les zones infectées en Italie.

Le 14 mars dernier, le gouvernement espagnol a déclaré l’état d’urgence national et a confiné tous ses citoyens à leur domicile pour 15 jours, comme l’avait fait l’Italie plus tôt dans la semaine.

Le premier cas identifié en Amérique du Nord remonte au 22 janvier, aux États-Unis. Depuis, la propagation s’est accélérée.

Plus de ... {{ formatNumber(Math.floor(getDataByCountryCode('US').c / 10000) * 10000).replace(' ', ' ') }} cas aux États-Unis

Jusqu’à maintenant, ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('US').c) }} personnes ont contracté le virus aux États-Unis et ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('US').d) }} personnes en sont décédées.

Le président Donald Trump a déclaré l’état d’urgence le 13 mars dernier, après avoir minimisé les conséquences du coronavirus pendant des semaines.

En date du 30 mars 2020, la ville de New York rassemblait environ 40% de l’ensemble des cas des États-Unis. Face à l’importante propagation sur son territoire, l’État de New York a fermé l’ensemble de ses établissements scolaires le 15 mars dernier et a décrété l’arrêt de toutes activités non-essentielles le 21 mars dernier.

Le populaire festival de musique Coachella, prévu en avril, a été reporté à l’automne prochain, en prévention de la propagation du virus.

Le pays en état d’urgence

Le premier cas de COVID-19 au pays a été détecté le 25 janvier. Le nombre de personnes infectées par le virus s’élève maintenant à ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('CA').c) }}, dont ... {{ formatNumber(getDataByCanadaRegion('quebec').c, true) }} au Québec.

Un octogénaire de Colombie-Britannique a été le premier Canadien à succomber à la maladie le 9 mars 2020. Depuis, ... {{ formatNumber(getDataByCountryCode('CA').d) }} Canadiens en sont décédés.

Afin de juguler l’épidémie, le Canada a fermé ses frontières à tous les voyageurs étrangers le 17 mars dernier. Le gouvernement Trudeau a également annoncé que toutes les personnes qui présentent des symptômes ressemblant à ceux de la COVID-19 seront bannis des vols et des trains interprovinciaux.

Les provinces les plus touchées par l’épidémie sont le Québec (...{{ formatNumber(getDataByCanadaRegion('quebec').c, true) }}), l’Ontario (...{{ formatNumber(getDataByCanadaRegion('ontario').c, true) }}), la Colombie-Britannique (...{{ formatNumber(getDataByCanadaRegion('british-columbia').c, true) }}) et l’Alberta (...{{ formatNumber(getDataByCanadaRegion('alberta').c, true) }}).

12 des 13 provinces et territoires du Canada ont déclaré l’état d’urgence sanitaire. Seul Terre-Neuve-et-Labrador n’en a pas encore fait l’annonce. La province compte pour le moment ... {{ formatNumber(getDataByCanadaRegion('newfoundland-and-labrador').c, true) }} cas.

La province la plus affectée

Le premier cas de coronavirus au Québec a été annoncé le 28 février par la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann. Il s’agit d’une femme qui revenait d’un voyage en Iran. Elle s’est rendue dans une clinique à Montréal puis a été transférée à l’Hôpital de Verdun, pour être ensuite placée en isolement.

Depuis, ... {{ formatNumber(getDataByCanadaRegion('quebec').c, true) }} cas ont été confirmés au Québec. Il y a présentement ... {{ formatNumber(getDataByCanadaRegion('quebec').d, true) }} décès causé par le virus. Le Québec est la province la plus durement touchée par l’épidémie.

Le 13 mars, le premier ministre François Legault a annoncé la fermeture de tous les établissements scolaires ainsi que des services de garde. Ils demeureront fermés jusqu’au 4 mai, minimalement. Le gouvernement du Québec annonçait le lendemain l’état d’urgence sanitaire, en exhortant aux travailleurs de faire du télétravail, lorsque c’est réalisable, et aux aînés de 70 ans et plus de demeurer à leur domicile et de sortir le moins possible.

Le 19 mars dernier, M. Legault a demandé aux Québécois d’éviter de voyager entre les régions du Québec, pour éviter de transporter le virus. Le gouvernement a resserré la vis le 28 mars en fermant l’accès de huit régions du Québec (Bas-Saint-Laurent, Abitibi-Témiscamingue, Côte-Nord, Saguenay-Lac-Saint-Jean, Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Nord-du-Québec, Terres Cris du Québec et Nunavik), toujours dans l’espoir de freiner la propagation.

Afin de prévenir la contagion, le gouvernement du Québec recommande des mesures préventives de base, comme se laver les mains régulièrement et tousser dans son coude et pratiquer la distanciation sociale.