Quels programmes attirent les étudiants étrangers au Québec ?

Quels programmes attirent les étudiants étrangers au Québec ?

8 novembre 2019

La semaine dernière, le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, a annoncé une réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) de manière à « répondre davantage aux besoins du marché du travail québécois ». À partir du 1er novembre 2019, les étudiants étrangers qui souhaitent obtenir la résidence permanente devront détenir un diplôme d’un programme inscrit sur une liste de 218 carrières admissibles. Certains programmes, comme les arts et la culture, ne figurent pas sur ladite liste.

Les partis d’opposition, les syndicats et plusieurs établissements d’enseignement ont rapidement critiqué cette réforme, qui risque d’avoir des effets négatifs, selon ces derniers.

Le Devoir s’est demandé ce qu’étudiaient les étudiants internationaux au Québec afin de mesurer les répercussions de la réforme.

Les étudiants au Québec

Chaque carré représente un échantillon de 500 étudiants.

Le nombre d’étudiants dans les universités

Selon les données les plus récentes de Statistique Canada, le Québec compte plus de 316 000 étudiants universitaires.

Les étudiants étrangers

Parmi ceux-ci, plus de 39 780 venaient de l’étranger, c’est-à-dire plus de 12 %.

Les domaines d’études

Parmi 11 domaines d’études, celles en commerce, gestion et administration sont les plus populaires au Québec, avec plus de 86 391  étudiants inscrits. Les sciences sociales ainsi que les secteurs de la santé et de l’architecture sont également parmi les plus fréquentés par les étudiants québécois.

Les étudiants étrangers par domaine d'études

Les étudiants étrangers sont peu nombreux dans les domaines de la santé et de l’éducation, où ils représentent respectivement environ 4 % et 2 % de l’échantillon étudiant. Ils se retrouvent majoritairement dans les programmes d’architecture, de génie et des domaines connexes (24 %), les programmes de sciences naturelles et de technologies (22 %) et les programmes de mathématiques, d’information et de sciences de l’information (22 %).

Commerce, administration et gestion

Plusieurs emplois liés au commerce, à l’administration et à la gestion figurent sur la liste des emplois admissibles au PEQ, comme les agents d’administration ou les gestionnaires de la fonction publique.

En 2016-2017, on comptait plus de 8532 étudiants étrangers dans les domaines d’études liés au commerce, à l’administration et à la gestion, représentant près de 10 % des étudiants totaux.

Sciences sociales et de comportements et droit

Des postes d’adjoint administratif juridique, d’agent des services correctionnels et de psychologue figurent parmi les carrières issues d’études en sciences sociales, du comportement et en droit incluses dans la liste d’admissibilité au PEQ. Plus de 11 % des étudiants inscrits dans ces programmes proviennent de l’étranger.

Santé et domaine connexe

Des étudiants étrangers souhaitant obtenir un diplôme dans le domaine de la santé menant à des carrières de vétérinaire, d'optométriste, de pharmacien et de physiothérapeute, entre autres, seront toujours admissibles au PEQ.

Seuls 1631 étudiants internationaux fréquentaient des programmes de ce domaine, ce qui représente près de 4 % de l’ensemble des étudiants à travers la province.

Architecture, génie et domaines connexes

Les programmes d’études en architecture et en génie sont les plus populaires parmi les étudiants étrangers au Québec, dans une proportion de 24 %. Plusieurs emplois d’ingénieur et de direction de service de génie se retrouvent sur la liste d’admissibilité.

Éducation

Dans un contexte où plusieurs commissions scolaires font face à une pénurie de personnel, mais où le domaine de l’éducation est très peu fréquenté par les étudiants étrangers (2 %), les carrières d'enseignant aux niveaux préscolaire, primaire, secondaire et collégial se retrouvent sur la liste des emplois admissibles au PEQ.

Sciences humaines

Peu de carrières issues des sciences humaines sont parmi celles proposées pour le PEQ, malgré un taux de plus de 15 % de fréquentation des étudiants étrangers. Ces derniers devront maintenant viser des professions orientées vers l’administration ou l’enseignement afin d’être admissibles. Des professions comme celles de sexologue, de travailleur social ou d’historien ne se retrouvent pas sur la liste d’admissibilité.

Sciences naturelles et technologies

Les sciences naturelles, qui regroupent des domaines comme la médecine, la biologie ou le génie, sont prisées dans la liste de professions admissibles au PEQ, avec plusieurs carrières d’ingénieur, de technologue et de professionnel de la santé répertoriées. Il s’agit d’un des domaines les plus populaires parmi les étudiants (22 % de tous les étudiants dans ce domaine).

Arts et technologie des communications

Les programmes d’art et de culture sont les plus touchés par la réforme annoncée par le gouvernement caquiste, puisqu’aucune profession y étant reliée ne figure sur la liste d’admissibilité au PEQ. À l’Université du Québec à Montréal (UQAM), les étudiants étrangers représentent environ 30 % des cohortes dans certains domaines artistiques.

En effet, les arts et les technologies de communications ont la cote parmi les étudiants internationaux, qui formaient plus de 15 % des étudiants de ce domaine.

Parmi les débouchés en technologie des communications, seuls les postes de directeur d’entreprise de télécommunications et d'installateur et de réparateur de matériel de télécommunications figuraient sur ladite liste.

Mathématiques, informatique et sciences de l’information

La liste des emplois admissibles au PEQ comprenait les mathématiciens, programmeurs, développeurs, statisticiens et ingénieurs informaticiens. Elle exclut toutefois les ingénieurs et concepteurs de logiciels. Ces domaines étaient déjà populaires parmi les étudiants étrangers. Selon le recensement de 2016-2017, plus de 1809 étudiants internationaux sur 6498 les fréquentaient alors, soit 22 % de l’effectif étudiant.

Agriculture, ressources naturelles et conservation

Dans sa réforme, la CAQ a inclus plusieurs emplois en agriculture et en ressources naturelles, comme les gestionnaires en agriculture, les agronomes, les conseillers et spécialistes en agriculture ainsi que les techniciens et spécialistes de l’aménagement paysager et de l’horticulture. Plus de 18 % des étudiants qui poursuivaient déjà des études dans ces domaines provenaient de l’étranger.

Autres

Les autres programmes d’études regroupent plus de 19 890 étudiants, dont 4419 provenant de l’étranger. Parmi ces autres programmes, une très mince proportion d’étudiants étrangers faisaient des études dans le domaine des transports, soit 3 %. Les diplômes obtenus afin de devenir pilote, navigateur ou instructeur de pilotage du transport aérien sont admissibles.