Décortiquer le comportement électoral des jeunes canadiens

Décortiquer le comportement électoral des jeunes canadiens

18 septembre 2019

La campagne électorale fédérale bat son plein. Le Devoir rive ses yeux sur les jeunes électeurs: sont-ils nombreux à se présenter aux urnes? Pourquoi s’abstiennent-ils de voter? Quel est leur rapport avec la politique fédérale? Portrait de la jeunesse électorale en quelques points.

Où sont les jeunes?

La circonscription de Spadina-Fort York, à Toronto, se démarque avec un taux de 52,25% de jeunes âgés de 15 à 34 ans.

Quant à la circonscription de Bonavista-Burin-Trinity (Terre-Neuve et Labrador), elle ne regroupe que 16,47% d’électeurs de cette tranche d’âge.

Les circonscriptions du Québec se glissent toutes entre ces deux extrêmes.

Toutes les autres circonscriptions comptent de 17% à 42% de jeunes. Plus de 39 circonscriptions ont un taux de 25% de jeunes de 15 à 34 ans.

Les données ne permettent pas d’établir de lien entre la proportion de jeunes dans une circonscription et le parti y étant élu. Le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti libéral du Canada (PLC) sont toutefois les partis élus dans les circonscriptions regroupant la plus grande proportion de jeunes.

Les circonscriptions des provinces de l’Atlantique et du Québec ont une proportion plus faible de jeunes comparativement aux provinces de l’Ouest, des territoires et de l’Ontario.

Le taux de participation des 18 à 24 ans

Entre 2011 et 2015, le taux de participation a particulièrement augmenté chez les 18 à 34 ans, avec une hausse 14,8 points. La hausse est moins marquée chez les 35 ans et plus.

Les raisons de l’abstention au vote

En 2015, les jeunes âgés de 18 à 24 ans qui n’ont pas voté se sont abstenus pour des raisons liées à la vie courante et à la santé (46,6%), pour des raisons de nature politique (37,6%) ou liées au processus électoral (11,5%).

Des raisons liées à la vie courante ou à la santé

Plus de 28% des jeunes ont affirmé être trop occupés pour se rendre aux urnes, alors que d’autres étaient à l’extérieur de la ville (13%) ou malades (5,1%).

Des raisons de nature politique

Le désintérêt envers la politique a été évoqué chez 39,2% des jeunes qui n’ont pas voté.

Des raisons liées au processus électoral

Plus de 4% de ces jeunes électeurs n’ont pas réussi à prouver leur identité ou leur adresse.

Les 18-34 ans sont satisfaits de la démocratie au pays

Une majorité de jeunes se disent plutôt satisfaits de la démocratie au pays (52%), soit un peu plus que les électeurs canadiens âgés de 35 ans et plus (48%). Ces derniers sont plus nombreux à se dire tout à fait satisfaits de la démocratie (28%) que les jeunes (16%).

Comment s’engagent-ils en politique?

Les jeunes de 18 à 34 ans sont plus nombreux à faire une recherche en ligne sur une question politique (68%) et à utiliser les réseaux sociaux pour échanger du contenu politique (40%) que les autres groupes. Par contre, les électeurs âgés de 35 ans et plus sont plus nombreux à avoir visionné le débat des chefs (65%).

Comment s’engagent-ils dans les causes sociales?

Les jeunes sont plus nombreux à signer une pétition (38%) que les électeurs âgés de 35 ans et plus (27%).

Ils sont peu nombreux à interagir avec les partis politiques

Les jeunes âgés de 18 à 34 ans sont moins nombreux à s’engager au sein des partis que les électeurs âgés de 35 ans et plus. 10% des jeunes communiquent directement avec un politicien pour lui donner leur point de vue, soit deux fois moins que chez les 35 ans et plus (20%).

Quel est le niveau d’intérêt envers la politique canadienne chez les 18-34 ans?

Les jeunes ont été moins nombreux à affirmer être très intéressés (28%) par la politique fédérale que chez 35 ans et plus (53%). Peu d’électeurs plus âgés n’y sont pas très intéressés (6%), alors que cette proportion est de 14% chez les jeunes.

Ils sont peu contactés par des partis politiques

Lors de la campagne de 2015, 29% des jeunes âgés de 18 à 34 ans ont été contactés par des partis politiques, comparativement à 59% des électeurs de 35 ans et plus.

Comment?

Parmi les électeurs qui ont été approchés par les partis politiques, 58% des jeunes se sont fait contacter lors d’opérations de porte-à-porte, alors que seulement 49% des 35 ans et plus se sont fait approcher de cette manière.