Après les élections de mi-mandat, une Union divisée

Des gains démocrates à la Chambre des représentants et un Sénat qui reste républicain: cohabitation difficile en vue pour les deux prochaines années.

Difficile, historiquement, les mi-mandat pour le président
C’est la 5e fois en 108 ans que le président réussit à faire des gains au Sénat lors des élections de mi-mandat. C’est une première depuis Nixon que le président en poste fait des gains au Sénat tout en perdant des sièges à la Chambre.
Les élections de mi-mandat: des élections importantes
Les élections de mi-mandat sont l’occasion de renouveler la totalité de la Chambre des représentants, le tiers du Sénat, ainsi qu’un grand nombre de sièges de gouverneurs, en plus des élections locales et des initiatives populaires.
La Chambre des représentants: une victoire à l’arraché
À la dissolution de la Chambre, les républicains avaient une confortable majorité de 17 sièges. Après l’élection, les démocrates ont pris le contrôle de la Chambre avec une courte majorité de 7 sièges.
Une courte majorité démocrate
Malgré 7 sièges indéterminés et 14 autres sièges incertains, les démocrates sont assurés du contrôle de la présidence de la Chambre. Ils pourront imposer leur programme et forcer leur place à la table des négociations législatives.
Une carte sénatoriale à l’avantage des républicains
Lors de toutes les élections, le tiers du Sénat est en jeu. Cette année s’ajoutait une élection spéciale au Mississippi, pour porter le total des sièges en jeu à 35 (en couleurs). À la dissolution, les républicains avaient une courte avance d’un siège.
Un Sénat républicain à la dissolution
Les républicains ne pouvaient que faire des gains avec seulement 9 des 35 sièges en élection dans leur giron. De plus, 10 sièges en jeu étaient dans des États qui avaient soutenu massivement Trump en 2016.
Les républicains conservent leur majorité au Sénat
Alors que les bulletins ne sont pas tous dépouillés, les républicains auraient fait au moins 3 gains en Indiana, au Montana et au Missouri. Il y a toujours 4 sièges indéterminés qui pourraient terminer dans le giron de l’un ou l’autre parti.
Une majorité de postes de gouverneurs en jeu
Les gouverneurs sont à la tête de l’exécutif de chaque État. Les démocrates ont arraché 7 postes de gouverneurs, dont 2 dans des États baromètres (Wisconsin et Michigan). L’issue est toujours incertaine en Géorgie et en Alaska.
Une gouvernance partisane asymétrique
Malgré le contrôle de deux États supplémentaires, les États républicains ont un déficit de population de 25 millions. On en déduit une légère tendance pour les États plus peuplés à élire un gouverneur démocrate.

Infographies réalisées en collaboration
avec le groupe j.Data de Polytechnique/UQAM