Rencontre avec Anne Dorval - L'ambassadrice allumée

Montréal accueille ce mois-ci le Festival mondial des arts pour la jeunesse, dont l'ambassadrice est la populaire comédienne Anne Dorval. L'événement, qui a lieu tous les trois ans, a notamment été tenu par le passé dans les villes de Venise, Madrid, Moscou et Séoul. Il s'agit de la plus importante manifestation culturelle pour les jeunes dans le monde. Elle rassemble des milliers de compagnies théâtrales en provenance de 76 pays répartis sur les cinq continents. Du 20 au 30 septembre 2005, le public aura accès à 1000 artistes, producteurs, programmateurs, diffuseurs et observateurs de la scène internationale des arts jeunes publics.

Des institutions culturelles montréalaises telles que l'Agora de la danse, le Monument-National, la Place des Arts, le Théâtre d'Aujourd'hui, le Théâtre du Nouveau Monde, le Théâtre Prospero, le Théâtre de Quat'Sous et l'Usine C, pour n'en nommer que quelques-uns, s'associent à la 15e édition du Festival mondial des arts pour la jeunesse, véritable «happening» international du théâtre jeunesse. La plupart des spectacles du Festival seront présentés dans leur langue d'origine avec projections de surtitres en français ou en anglais. L'ambassadrice du festival, Anne Dorval, présente l'événement et nous parle de son coup de foudre pour le théâtre jeunesse.

Fidèle au monde théâtral depuis toujours et mère de famille, Anne Dorval a accepté volontiers l'invitation du festival. «Le théâtre a toujours été une partie importante de ma vie; ça l'a transformée, et je pourrais même dire qu'il a été thérapeutique, voire miraculeux pour moi à une certaine époque. Le goût de se déguiser, de se créer des mondes différents du "straight" dans lequel on vit, est inné chez l'enfant. Comme je le dis dans mon mot de présentation, mon métier est une façon pour moi de prolonger le moment béni de l'enfance.»

Le théâtre jeunesse au Québec est en plein bouillonnement et il y a de quoi en être fier, selon la comédienne. «Ici, au Québec, Rémi Boucher a fait énormément pour le théâtre jeunesse avec le festival Coups de théâtre et la Maison Théâtre; c'est une véritable mine d'or, ce gars-là! Ce qui est aussi fantastique avec le Mondial, c'est que les enfants aient accès à ces différentes salles de diffusion. Le théâtre jeunesse sort du cadre habituel alors que toutes les salles institutionnelles participent au festival. Ce sont des lieux auxquels les enfants n'ont pas accès normalement, cela leur permet découvrir d'autres espaces.»

Aura internationale

Ces institutions, qui ont accepté de repousser de quelques semaines le lancement de leur saison pour accueillir le festival, illustrent bien la reconnaissance grandissante accordée au théâtre jeunesse, selon l'ambassadrice de l'événement. «Bien sûr, cela serait "super" si Montréal pouvait devenir une plaque tournante sur ce plan-là; on a toutes les infrastructures et l'expertise nécessaires dans ce domaine.»

L'aura internationale de l'événement inspire beaucoup Anne Dorval, qui y voit la continuité dans la succession de nombreux événements prestigieux tenus à Montréal par le passé.

«Au début, quand on m'a contactée, je voyais le festival un peu comme les Jeux olympiques du théâtre. Ça a lieu tous les trois ans et ça ne reviendra pas à Montréal, c'est une occasion unique. C'est formidable que les enfants aient accès à toutes ces cultures. Je me rappelle, petite, être partie de Rouyn-Noranda pour venir à l'Expo 67. Je n'avais jamais voyagé. Le fait d'entrer en contact avec les cultures des pays représentés, c'était merveilleux! Je veux que les enfants des régions puissent venir au festival, pas juste les Montréalais. Je voudrais qu'ils fassent un voyage spécial de quelques jours ou d'une fin de semaine à Montréal. Il faut qu'il y ait des chocs culturels, des bouleversements, des choses qui germent dans leurs têtes. Ils ne sont pas forcément obligés de vouloir devenir comédiens, mais [ils pourraient] juste rêver.»

D'une durée de 10 jours, le festival présentera des spectacles en après-midi et en début de soirée. «En semaine, les représentations en soirée commenceront vers 19h au lieu de 20h, en raison de l'âge du public. Aussi, pour ceux qui en ont la possibilité, il serait important de venir le jour durant la semaine pour encourager tous les spectacles.» Son rôle d'ambassadrice, la comédienne le prend au sérieux et entend bien parler de l'événement sur toutes les tribunes possibles. «Et je vais voir les spectacles — pas tous quand même car j'ai une vie professionnelle et familiale bien remplie, mais avec des enfants qui ont cinq ans de différence, un large éventail de spectacles s'offre à nous. J'en suis à regarder le programme et choisir les spectacles. En tout cas, c'est sûr que je serai présente au spectacle d'ouverture au TNM avec la pièce Pour ceux qui croient que la terre est ronde avec ma fille et sa copine.»