Fermer en beauté

Éveline Dumas, Louise Turcot et Françoise Faucher entouraient le directeur du Théâtre de Quat’Sous, Éric Jean, hier, lors du dévoilement de la prochaine saison.
Photo: Jacques Grenier Éveline Dumas, Louise Turcot et Françoise Faucher entouraient le directeur du Théâtre de Quat’Sous, Éric Jean, hier, lors du dévoilement de la prochaine saison.

Tant qu'à fermer un théâtre pour le rénover, aussi bien se laisser inspirer une dernière fois par son lieu, son centre, son emplacement réel et concret. Surtout si le théâtre en question a plus de cinquante ans et occupe une ancienne synagogue.

Pour clore la prochaine saison, après y avoir présenté trois pièces plus ou moins dans la norme théâtrale (Une ardente patience, W;T (v.f.); La Hache) le Théâtre de Quat'Sous va donc proposer Les Mystères de Quat'Sous, «un spectacle hors norme en cinq épisodes avec quatre sous».

La création en cinq soirs va rassembler une quinzaine d'artistes, dont Éric Jean, le directeur de l'établissement. Le texte a été confié à Pascal Brullemans, qui a participé à la production d'un feuilleton semblable (Cassis) dans un loft de Montréal, il y a une décennie, avec Éric Jean et Hugues Fortin, également de la nouvelle aventure. Le Quat'Sous, situé au 100 de l'avenue des Pins, à Montréal, sera rénové pendant la saison 2006-2007.

L'histoire théâtralisée du lieu débutera à Paris, après la mort de Baudelaire et se terminera dans la synagogue montréalaise. Elle s'organisera en fait autour de cinq étapes déterminantes de la vie d'une jeune femme sauvée des eaux par un monstre...

Les trois autres productions évoquent aussi des personnages marqués par l'écriture. La saison s'ouvre sur Une ardente patience, d'Antonio Skarmeta, un roman adapté par Olivier Kemeid, mis en scène par le directeur Jean. La pièce s'inspire des événements qui ont marqué le Chili au début des années 1970. Elle sera portée par Jocelyn Blanchard, Éveline Gélinas, Alexis Lefebvre, Vincent-Guillaume Otis, Dominique Quesnel et Jack Robitaille.

W;T (v.f.) de Margaret Edson raconte la lutte d'une très brillante professeure de littérature contre un cancer. Le texte récompensé d'un prestigieux prix Pulitzer en 1999 sera dirigé par Denise Guilbeault. Elle a notamment fait appel à Pascale Denommée, Françoise Faucher et Robert Lalonde.

La Hache de Larry Tremblay, qui dirigera lui-même Jean-François Casabonne et Xavier Malo, met aussi en scène un professeur. Celui-ci met le feu à son appartement et se rend chez un étudiant pour lui annoncer que la littérature est morte et pour lui parler de massacres, de souillures, de pureté et de bêtise...