«Corps titan (titre de survie)» : réchapper à la mort

«Corps titan (titre de survie)» retrace l’histoire d’Audrey Talbot, une cycliste qui a été happée par un poids lourd en 2013.
Photo: Valérie Remise «Corps titan (titre de survie)» retrace l’histoire d’Audrey Talbot, une cycliste qui a été happée par un poids lourd en 2013.

C’est le cauchemar de chaque cycliste : voir sa vie s’arrêter d’un coup sec en étant frappé par un poids lourd. C’est exactement ce qui est arrivé à Audrey Talbot le 28 mai 2013.

De cet événement tragique qui aurait pu mal finir — « t’étais à un fil de mourir », lui dit un des ambulanciers —, la comédienne et autrice tire un récit documentaire pour retracer le fil des événements qui lui ont permis de défier toute logique et de survivre (l’accident a aussi servi en 2016 d’inspiration pour une chanson d’Avec pas d’casque, Audrey est plus forte que les camions). Autour d’elle, Francis Ducharme, Catherine Larochelle, Papy Maurice Mbwiti et Leni Parker incarnent les différents intervenants du drame (témoins de l’accident, secours d’urgence, corps médical, famille, amis, etc.).

Chronologiquement, Audrey Talbot reconstruit (en inventant ou en s’appuyant sur ses souvenirs et sur son travail de recherche documentaire) les 21 minutes qui séparent l’accident de son arrivée à l’hôpital, les différentes opérations subies, le processus de réadaptation physique et psychologique et, enfin, l’apprentissage de sa nouvelle réalité. Bien que prévenu par la comédienne au début du spectacle, le public peut difficilement rester de glace devant les descriptions du corps en lambeaux, ce qui rappelle à quel point la survie de cette femme tient du miracle.

Le premier tiers du spectacle frappe fort, grâce au récit haletant et au dispositif scénique choisi par Philippe Cyr. S’adressant à Audrey, assise dos au public, les ambulanciers, policiers et pompiers lui racontent ce dont elle ne peut se souvenir, faisant d’elle la spectatrice de sa propre histoire. Après cette séquence, le texte perd parfois un peu de sa force : tant le long processus de réadaptation que les réflexions sur la résilience (sorte de passage obligé des récits de survivance ou de maladie) s’étirent un peu.

La mise en scène de Philippe Cyr, sobre et élégante, oriente notre regard par de petites touches discrètes, comme lorsqu’on laisse Audrey hors scène lors des opérations, signe qu’elle est encore dépossédée de son corps. Pareillement, la suggestion plutôt que la monstration lors de la scène de la première douche du personnage après l’accident montre la puissance des gestes quotidiens, dont nous oublions l’importance avant de perdre la possibilité de les exécuter.

Cédric Delorme-Bouchard a imaginé un espace scénique ouvert (une salle carrelée noire, représentant les différents lieux occupés par Audrey Talbot dans tout le processus médical), mais entouré d’un rideau servant à resserrer la zone de jeu lorsqu’on sort du monde médical, afin de renforcer les adresses au public par la proximité entre la scène et la salle.

Le spectacle fascine la plupart du temps, parce que l’autrice trouve le mot et le ton justes, comme lorsqu’il est question de vivre avec les impacts de l’accident, avec son corps transformé (et, surtout, avec le sentiment de dépossession de celui-ci aux mains du monde médical), de la relation patient-soignant ou encore des regards que les gens portent maintenant sur elle, dans lesquels la fascination pour sa résilience et son histoire hors du commun ne manque pas, à terme, de mettre en évidence sa différence.

Dans un moment particulièrement révélateur, la comédienne pose les termes du paradoxe en opposant le miracle de sa survie à un désir ardent « d’être beige » et de disparaître aux yeux du monde. Corps titan (titre de survie) marque ainsi, pour Audrey Talbot, la nécessité de se réapproprier sa vie et son histoire pour faire la paix avec la dualité entre ses deux vies, celle d’avant et celle d’après.

Corps titan (titre de survie)

Texte : Audrey Talbot. Mise en scène : Philippe Cyr. Au théâtre d’Aujourd’hui jusqu’au 24 septembre. Puis en tournée au Québec.

À voir en vidéo