La scène jeunesse s’éclate

La compagnie Bouge de là présente «Glitch​», un spectacle de danse imaginé par Hélène Langevin, l’idéatrice d’«À travers mes yeux».
Photo: Suzane O'Neill La compagnie Bouge de là présente «Glitch​», un spectacle de danse imaginé par Hélène Langevin, l’idéatrice d’«À travers mes yeux».

Entre le théâtre autochtone de Dave Jenniss, un docu-théâtre sur la nature présenté par Le Clou, un festival de lutte-théâtre aux Écuries et des classiques revisités, notamment l’immense Moby Dick, les arts vivants rivalisent d’ingéniosité pour joindre les jeunes. Tour guidé.

Théâtre et danse pour les petits

 

Dans cette volonté de faire résonner la langue de ses ancêtres, Dave Jenniss — qui avait ébloui petits et grands avec Mokatek et l’étoile disparue — arrive cet automne avec Toqaq Mecimi Puwiht/Delphine rêve toujours, une toute nouvelle création produite par le Théâtre de la Vieille 17 et Ondinnok. Dans une mise en scène de Milena Buziak, Jenniss propose ici l’histoire d’une fillette transportée dans le monde des esprits de la forêt, lieu mythique et chargé. Au théâtre Les Gros Becs du 9 au 13 novembre. Pour les 4 à 8 ans.

Du côté de la danse, la compagnie Bouge de là présente Glitch​, un spectacle imaginé par Hélène Langevin, l’idéatrice d’À travers mes yeux. Glitch, c’est l’histoire de quatre jeunes qui se retrouvent dans le sous-sol d’un théâtre déserté. Dans cet espace mystérieux, un cinquième personnage, Glitch, va les guider à travers ce lieu interdit. Chorégraphié par Audrey Bergeron et Hélène Langevin, le spectacle sera présenté en grande première le 18 septembre à la Maison culturelle et communautaire de Montréal-Nord. Une tournée est prévue par la suite, notamment à Québec, Trois-Rivières et Sherbrooke. Pour les 6 à 12 ans.

À la Place des Arts, la danse contemporaine ouvre grands les bras aux enfants avec Mosaïque​, un collage d’extraits permettant au public de découvrir l’univers de trois chorégraphes, en l’occurrence Francine Châteauvert, Morgane Le Tiec et Idan Cohen. Présenté par la compagnie Sursaut, le spectacle est une plongée au coeur des ambiances créées par le mouvement. À voir le 20 novembre. Pour les 6 ans et plus.

Théâtre pour préados et ados

 

Les préadolescents seront conviés à découvrir le lien ténu qui existe entre la fiction et le réel dans Tonne de briques​, la toute nouvelle pièce de Samsara Théâtre, écrite et mise en scène par Liliane Boucher. Au coeur du quotidien, un père, une mère et leur fille se lancent dans l’écriture d’une pièce de théâtre. L’autrice porte un regard sur le processus de création et met en lumière tout l’amour, les questionnements et les écueils que cela peut comporter. Du 17 au 27 novembre à la Maison Théâtre.

Toujours à la Maison Théâtre, la compagnie Youtheatre propose J’ai jamais​, un conte urbain sur l’identité, les désirs et tous les tourments qui accompagnent l’adolescence. Écrite par Rhiannon Collett, traduite ici par Pénélope Bourque et mise en scène par Michel Lefebvre, la pièce sera jouée en solo par la talentueuse Éléonore Loiselle. Du 1er au 6 novembre. Pour les 12 à 17 ans.

Photo: Robert Desroche À la Maison Théâtre, la compagnie Youtheatre propose «J’ai jamais», un conte urbain sur l’identité, les désirs et tous les tourments qui accompagnent l’adolescence.

Produite par la compagnie norvégienne Plexus Polaire, présentée par Les Gros Becs, Moby Dick ​débarque au Diamant. Sur la scène, 10 interprètes, 50 marionnettes, des projections vidéo, un orchestre et, bien sûr, une baleine se partageront l’espace dans cette pièce mise en scène par Yngvild Aspeli. Du 24 au 26 novembre. Pour les 14 à 17 ans.

Documentaire, lutte et musique

 

Le docu-théâtre Survie du vivant ​plonge les spectateurs dans le monde des végétaux et de leur invisible capacité de communication. Mis en scène par Benoît Vermeulen, le spectacle mêle projections, conférence, menée par la biologiste Julie Drouin, et jeu, le tout enrichi d’extraits poétiques d’Hélène Dorion, de Pierre Morency et d’autres. Présenté par le Théâtre Le Clou à la Grande Bibliothèque, du 22 au 25 novembre. Pour les 14 à 17 ans.

Le théâtre Aux Écuries présentera Royalmania, un festival de lutte-théâtre. Sur et en dehors du ring, le festival propose des combats de mots, des entrevues avec de vrais lutteurs, de l’impro et, surtout, deux créations. Dick the Turd, qui est une réécriture de Richard III de Shakespeare par Les Impairs en collaboration avec Moutarde Forte, et Agamemnon in the Ring​, une pièce de Créations Unuknu qui revisite la guerre de Troie dans une joute qui mêle alexandrins, opéra-rock et combats chorégraphiés. Ça risque de jouer dur. Du 6 au 24 septembre. Pour les 12 ans et plus.

Enfin, à Québec, les familles pourront être initiées au monde des spectacles musicaux grâce à l’événement Concert pour toutes les oreilles. Damien Robitaille et Lou-Adriane Cassidymonteront respectivement sur la scène de La Chapelle à Vanier les 4 septembre et 8 octobre. Le 26 novembre, ce sera au tour de Louis-Jean Cormier de faire vibrer les oreilles des intéressés au mythique théâtre Petit-Champlain. D’autres concerts s’ajouteront d’ailleurs à la programmation. À suivre.


Une version précédente de ce texte, qui indiquait qu'Yngvild Aspeli ne serait disponible que pour les abonnés des Gros Becs, a été corrigée. La pièce le sera en fait pour tous.

À voir en vidéo