Le choc des genres

Jusqu'à dimanche soir, le 8e Festival de théâtre de rue de Shawinigan (FTRS) se tient au coeur de la Mauricie sous le thème «États d'habiter». Si l'on oublie la météo et la canicule promise et si l'on s'en tient à la programmation de cet événement pour le moins décoiffant, il faudra attacher sa tuque avec de la broche car ça risque de brasser fort dans les rues et les ruelles, sur les balcons et les places de la petite ville paisible qui abrite, notamment, la Cité de l'énergie.

Du théâtre participatif ou ambulatoire, des performances interactives, des scènes impromptues, des musiques, du chant, des arts sonores, des environnements transfigurés et détournés, des arts visuels et performatifs, des actions, des installations, des marionnettes, et quoi encore! On trouvera de tout dans ce festival de théâtre de rue, tout ce qui est susceptible d'encourager «le renversement du sens», de «brouiller l'ensemble des notions du dedans et du dehors», de «mélanger des gens et des genres», soutiennent les organisateurs. Bref, un théâtre qui se déroule en dehors des lieux consacrés, qui se définit comme «un art contextuel urbain et qui se veut polydisciplinaire et abordable par tout un chacun».

Cette année, l'événement attend d'éminents représentants du théâtre de rue, des purs et durs et d'autres impurs promoteurs de l'interdisciplinarité d'ici et d'ailleurs. Il se veut axé davantage sur les micro-interventions que sur les mégadéploiements. Par ailleurs, l'édition actuelle prend de l'expansion en accueillant des artistes qui viennent de plusieurs provinces du Canada, ainsi que d'Europe, des États-Unis et de l'Afrique. Il n'y a qu'à prendre connaissance des noms des compagnies invitées ainsi que des titres de leurs prestations pour en déduire que l'originalité et l'imagination débridée guident les praticiens du théâtre de rue. Histoire de s'ouvrir l'appétit en lisant le menu, mentionnons quelques compagnies et quelques titres qui figurent au programme du FTRS et les spectacles qu'elles offrent: du Québec, le Théâtre des deux Maries présente La Traversée de l'Atlantique «en plein coeur de la mer agitée de l'inconscient»; le Duo Le Gallou/Plaisance, Intimité II; le Collectif Maât, Pied à terre avec vue sur rue; Anne-Marie Ouellet, Abri sur roues; le Théâtre de la Pire Espèce, Un citoyen sous observation; Martin Renaud, Attroupements; Sara Hanley, Les Soeurs Transistor; Les Marionnettes du bout du monde, Tacot-Taxi; Trio vert (pour emporter), Dieu seul me voit; Les Fermières obsédées, Par delà bien et mal; Olivier Choinière, ARGGL! = Activité répétitive grandement grandement libératrice. De France: la Cie du thé à la rue présente L'Homme idéal; Les Piétons, Les Urbanologues associés; Princesses Peluches, Maison de Rose / Journées de rose. De Bénin-France: Dominique Zinkpè présente Taxis-Zinkpè. Des États-Unis: Thus présente TRAD; Nicole Bindler, P.S. 41; Bob Wagner, Sonic Badminton; Nautical Almanac, Le Voile de l'Inquisition.

L'édition 2004 du FTRS s'attend à recevoir plus de 100 000 spectateurs, soit 15 000 de plus que l'an dernier. Le festival se doublera d'une activité offerte avec le concours du Conseil des arts du Canada: une table de discussion intitulée «Journées-rencontres» (samedi et dimanche) destinée aux professionnels des différents arts comme aux personnes du grand public curieuses de dialoguer avec les créateurs participant aux divers spectacles. Ces «journées-rencontres» seront présidées et animées par le sociologue, commissaire d'exposition, auteur et penseur Guy Sioui Durand.

Festival de théâtre de rue de Shawinigan, sous le thème «États d'habiter», à Shawinigan, les samedi 31 juillet et dimanche 1er août. Renseignements: (819) 536-5197 ou .