Dix occasions de rire cet hiver et ce printemps

Avec «Les fleurs du tapis», son troisième spectacle, Rachid Badouri laisse au vestiaire tous les artifices sur lesquels reposaient jusqu’ici ses effets comiques.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Avec «Les fleurs du tapis», son troisième spectacle, Rachid Badouri laisse au vestiaire tous les artifices sur lesquels reposaient jusqu’ici ses effets comiques.

Rachid Badouri

Pas d’imitation de Michael Jackson (ça vieillit mal de toute façon) ni de mise en scène trop élaborée. Avec Les fleurs du tapis, son troisième spectacle, Rachid Badouri laisse au vestiaire tous les artifices sur lesquels reposaient jusqu’ici ses effets comiques et se confie, sur le mode tabouret-micro-verre d’eau, au sujet d’une crise de la quarantaine dont il émerge avec un ego moins costaud et une nouvelle conscience politique. Première médiatique le 19 février à L’Olympia.

Les Zapartistes

Les tournées d’adieu de groupes légendaires sont certes toujours à prendre avec un grain de sel (voir Mötley Crüe), mais Les Zapartistes étant ces parangons d’intégrité que l’on connaît, il est peu probable que leurs au revoir ne constituent qu’un vil moyen de passer à la banque. Le collectif à géométrie variable, qui a ressuscité à lui seul l’humour engagé au Québec il y a près de vingt ans, range cravates et perruques après À soir, on meurt !. Les 28 et 29 mai au Club Soda.

Florence Foresti

En dépit de la mode, la théâtrale Florence Foresti refuse de faire « son Américaine » et d’adopter, à l’instar de plusieurs de ses collègues français, les codes du stand-up états-unien. Épilogue, le premier seule-en-scène qu’elle présente au Québec en plus de huit ans, évoque en outre le mouvement #MoiAussi, sujet incontournable pour la vétérane, dont Gilbert Rozon a été le producteur pendant une décennie. Les 9 et 10 avril à L’Olympia.

Olivier Martineau

Sorte de croisement entre Pierre Légaré et Roméo Pérusse, Olivier Martineau compte parmi les rares humoristes sachant conjuguer le philosophique et le salace. Son deuxième tour de piste, Parfa, promet non pas la perfection, mais un procès mordant de tout ce qui ne l’est pas en ce bas monde (vaste programme, donc). Les 4 et 5 février au Monument-National.

Sam Breton

Découverte de l’année du plus récent gala Les Olivier, Sam Breton appartient à cette longue lignée d’humoristes québécois ancrant leur art dans l’anecdote bien racontée. On fait sa connaissance en assistant à Au pic pis à pelle, le 22 janvier au Gesù.

Arnaud Soly

Virtuose de la flûte à nez, sorcier du jeu de mots douteux, éblouissant réinventeur de ritournelles publicitaires, Arnaud Soly est sans doute l’humoriste le plus imaginatif de sa génération. Le fantaisiste, célèbre grâce aux doux délires qu’il sème sur les réseaux sociaux, récoltera nos likes en personne grâce à Stand-up, son premier spectacle mis en scène par Fabien Cloutier. Le 7 avril au Club Soda.

Samia Orosemane

« On peut se moquer avec bienveillance et avec amour », déclarait Samia Orosemane en entrevue à France 24 en 2018, une ambition trop rare au sein du merveilleux monde de l’humour. La Franco-Tunisienne revient déjà à Montréal après un passage cet automne et rameute plusieurs camarades pour un grand happening comique au Club Soda le 26 janvier.

Michel Barrette

Fier de près de quarante ans de carrière (minimum !), Michel Barrette prend la route (à bord d’une voiture de collection, évidemment) pour une douzième et dernière fois avec L’humour de ma vie. L’ultime virée provinciale du conteur au long cours s’arrête au Gesù le 6 février.

Guillaume Pineault

Le chemin qui mène jusqu’à soi est parfois tortueux, Guillaume Pineault le sait mieux que quiconque. Détour, le premier spectacle de celui qui s’était brillamment signalé en première partie de Phil Roy, raconte (entre autres) sa décennie d’études en ergothérapie et en ostéopathie ayant précédé son arrivée au micro. Le 28 février au Gesù.

Dr. Mobilo Aquafest

Bien que la programmation entière de la cinquième édition du festival d’humour alternatif n’ait pas encore été révélée, la rencontre au sommet entre la formation musicale Jesuslesfilles et Les Denis Drolet, lors d’un gala animé par l’immortel duo Sèxe illégal, met déjà en joie notre cœur de rockeur. Virginie Fortin et Eddy King tiendront aussi la barre de leur gala respectif. Rendez-vous dans le Mile-End du 1er au 16 mai.