Le Festival Phénomena présente un cabaret de performances sourdes

Hodan Youssouf animera le Cabaret de performances sourdes que Véronique Leduc a mis en scène avec Jack Volpe.
Photo: Alice Chiche Le Devoir Hodan Youssouf animera le Cabaret de performances sourdes que Véronique Leduc a mis en scène avec Jack Volpe.

Véronique Leduc a déjà participé à des événements artistiques mixtes qui mêlaient personnes sourdes et personnes entendantes. Mais c’est la première fois qu’elle présente un cabaret entièrement mené par des sourds.

La jeune femme, qui est aussi la première professeure d’université sourde du Québec, présentera le Cabaret de performances sourdes, le dimanche 20 octobre, dans le cadre du Festival Phénomena.

Le spectacle comptera en tout neuf artistes sourds d’origines diverses, en plus d’Hodan Youssouf qui en assurera l’animation. Cette dernière a notamment joué dans le vidéoclip de Bernard Adamus La part du diable et dans la pièce La traversée, des Voyageurs immobiles.

On pourra aussi assister à des numéros de mimes, ou de slam et de poésie en langue des signes, un peu d’art clownesque, et même de « musigne » ou musique signée, promet Véronique Leduc. C’est une musique… sans son. « Le mot musique vient du mot muse, qui signifie inspiration, explique Véronique en entrevue, pour laquelle Hodan et elle sont accompagnées d’interprètes. Le mot musique n’a pas d’origine sonore à proprement parler. C’est plutôt la notion de rythme qui est à l’origine du mot. » Cette musique, poursuit Hodan Youssouf, est aussi visuelle, en ce sens qu’elle implique la participation du corps. « On n’a pas besoin d’entendre pour apprécier la musique, on sent les vibrations, on sent l’émotion, à partir de ce qu’on voit. » Cette démarche a été exposée dans le cadre de la recherche-création Nos mains qui vibrent.

Ces vidéos de musique signée feront partie de l’exposition Paradoxe que présentera Véronique Leduc à la bibliothèque de Varennes jusqu'en janvier prochain. Elle y proposera aussi, le 19 octobre, une conférence sur la « sourditude ».

Un peu de mal à comprendre...

« Je glisse un peu d’humour dans l’animation du cabaret de Phénomena, dit Hodan. […] Je vais me moquer un peu du public. Les moqueries sont surtout au sujet des entendants. […] Il y a des numéros où il n’y aura pas d’interprétation à voix, donc ce sera un défi pour les entendants. Cela va leur permettre aussi de se mettre un peu à notre place. Pour une fois, d’avoir un peu de mal à comprendre ce qui se passe, la teneur des propos. Ça va permettre aux personnes entendantes de comprendre, quand on n’a pas d’interprète, comment nous, on se sent. »

Véronique Leduc a assuré la codirection de l’événement avec Jack Volpe, de Seeing Voices, un petit organisme de théâtre sourd de Montréal. Jack Volpe utilise la langue des signes américaine, à ne pas confondre avec la langue des signes québécoise. Des interprètes seront d’ailleurs sur scène pour traduire ces langues, de l’une à l’autre.

Comme Véronique Leduc et Hodan Youssouf, Jack Volpe est né dans une famille entendante. C’est d’ailleurs la particularité de la culture sourde, de ne généralement pas se transmettre de génération en génération.

« Si mes parents avaient parlé la langue des signes dès ma naissance, j’aurais été davantage stimulée », dit Hodan, qui observe ce genre de situations dans le cas de bien des enfants sourds à l’école primaire où elle travaille.

La plupart des événements impliquant des personnes sourdes s’adressent aux personnes sourdes, et c’est en quoi le cabaret des performances sourdes de Phénomena se distingue. « On voulait montrer la culture sourde aux personnes entendantes », dit Véronique Leduc.

Lorsqu’on lui demande quelle sera la thématique de la soirée, Véronique parle de la sourditude, par opposition à la surdité. C’est un thème qui a notamment été développé par Paddy Ladd, chercheur britannique sourd.

« Souvent, on parle des personnes sourdes seulement à partir de la surdité, alors que la sourditude fait référence à leur manière de vivre comme personne sourde », dit-elle.

 
 

Une version précédente de ce texte, qui indiquait erronément que Véronique Leduc participait au Cabaret de performances sourdes en tant qu'artiste, a été corrigée. Le texte indiquait aussi que l'exposition de Véronique Leduc se tenait à la galerie Paradoxe de Varennes ; cette erreur a été corrigée.

Deaf Performances — Cabaret de performances sourdes

Dans le cadre du Festival Phénomena, à la Sala Rossa, le dimanche 20 octobre, à 19 h