«Les sept branches de la rivière Ōta» – Robert Lepage à Québec

«Les sept branches de la rivière Ota» s’impose dans son désir d’approcher les souffrances humaines et, surtout, les possibles espaces de guérison.
Photo: Elias Djemil-Matassov «Les sept branches de la rivière Ota» s’impose dans son désir d’approcher les souffrances humaines et, surtout, les possibles espaces de guérison.

Un public restreint aura pu voir l’intégrale des Sept branches de la rivière Ōta, créée au Carrefour international de théâtre en 1996. Reprise pour l’ouverture du Diamant, la pièce de Robert Lepage — sa première avec Ex Machina, après La trilogie des dragons en 1985 et Les plaques tectoniques en 1989 — vient marquer d’un trait net l’apport majeur de cette nouvelle salle : l’accès accru au travail d’un important créateur québécois.

Récit en sept actes et autant d’heures (pauses incluses), la vaste fresque entremêle sur 50 ans d’histoire les nombreux destins : un militaire étatsunien sous l’occupation japonaise, une troupe québécoise à l’Exposition universelle d’Osaka en 1970, une rescapée de la Shoah…

Le spectateur se trouve rapidement happé par la richesse des décors et des ambiances, par cette vaste écriture scénique dont on a pu dire qu’elle faisait la marque de commerce du dramaturge et qu’elle pouvait parfois supplanter la force du texte.

Dans cette nouvelle production des Sept branches, une commande pour le festival culturel accompagnant les Jeux olympiques de Tokyo, force est cependant de constater l’absence totale de surenchère technique, l’effort de création ici largement investi à recréer les échanges dans leur texture la plus quotidienne — à preuve les cinq premiers actes qui opèrent avec une efficacité redoutable.

L’écriture patiente insuffle aux scènes un rythme d’une grande justesse — les derniers instants d’un homosexuel aux prises avec le sida, notamment — et la nouvelle troupe (Rebecca Blankenship et Richard Fréchette, pour leur part, reprennent du service) réussit à coller au plus près de ces moments qui composent l’ensemble. La vie s’y trouve conviée, et c’est ce qui fascine si durablement.

Au-delà du mot résilience

Dans ce collage foisonnant et multilingue, entre la maisonnette d’une hibakusha du Japon occupé, un New York promiscu de 1965 ou les balbutiements de l’aide au suicide hollandais des années 1980, on cherchera évidemment une unité.

Parmi la multiplication des références historiques, de la bombe sur Hiroshima jusqu’à la fin du XXe siècle, c’est toutefois en vain qu’on cherchera une lecture historique. Les sept branches de la rivière Ōta, plutôt, s’impose dans son désir d’approcher les souffrances humaines et, surtout, les possibles espaces de guérison, retrouvant de ce point de vue l’exact même fil fort qui traversait Vinci ou Les aiguilles et l’opium.

Si les deux derniers actes peinent à s’inscrire avec une force aussi brute — et le cinquième acte au camp de concentration de Theresienstadt, pour visuellement stupéfiant qu’il soit, marquait déjà une rupture dans la fluidité —, l’ensemble multiplie néanmoins les visuels riches et porteurs et les passerelles de sens, dans un récit peaufiné avec une sensibilité et une finesse remarquables.

On se réjouit de ce que Les sept branches de la rivière Ōta marque ainsi l’accès local à un théâtre mondialement célébré et, d’un point de vue purement théâtral, une belle façon d’accueillir cette nouvelle salle.

Les sept branches de la rivière Ōta

Texte : Éric Bernier, Gérard Bibeau, Normand Bissonnette, Rebecca Blankenship, Marie Brassard, Anne-Marie Cadieux, Normand Daneau, Richard Fréchette, Marie Gignac, Patrick Goyette, Robert Lepage, Macha Limonchik, Ghislaine Vincent. Mise en scène : Robert Lepage. Avec Rebecca Blankenship, Lorraine Côté, Christian Essiambre, Richard Fréchette, Tetsuya Kudaka, Myriam Leblanc, Umihiko Miya, Audrée Southière, Philippe Thibault-Denis et Donna Yamamoto. Une production Ex Machina, au Diamant jusqu’au 15 septembre.