Au calendrier: le théâtre Prospero et la 8e biennale Zones théâtrales

Carmen Jolin, directrice artistique et générale du théâtre Prospero
Photo: Pedro Ruiz Archives Le Devoir Carmen Jolin, directrice artistique et générale du théâtre Prospero

Embrasser le monde au théâtre Prospero

Le théâtre passé au prisme de l’actualité et à travers des fictions touchant à l’essentiel de l’expérience humaine, voilà le filon qu’explore Carmen Jolin (notre photo), la directrice artistique et générale du théâtre Prospero, dans sa saison 2019-2020. Le coup d’envoi sera donné avec la reprise des Enivrés d’Ivan Viripaev, mise en scène de Florent Siaud. Octobre fera place à la voix de Josep Maria Miró avec Le principe d’Archimède, mis en scène par Christian Fortin. Janvier sera sous la coupe du Groupe de la Veillée et le collectif d’artistes Les Immortels qui proposent un Duras, La maladie de la mort, avec Sylvie Drapeau et Paul Savoie. Février verra Éric Jean mettre en scène un texte de Sébastien Harrisson, Becoming Chelsea. Suivra Mourir tendre de Guy Régis Jr et enfin Mademoiselle Agnès de Rebekka Kricheldorf, dans une mise en scène de Louis-Karl Tremblay. Dans la salle intime, on entendra des textes de David B. Ricard et de Valery Drapeau (Le kodak de mon arrière-grand-père), d’Alice Moreault, Noémie O’Farrell et Frédéric Lemay (Tout passera) et d’Émilie Lajoie (Notre petite mort).

Zones multiples à Zones théâtrales

Aux commandes de la 8e biennale Zones théâtrales, Gilles Poulin-Denis a concocté une édition jouant sur les formes, les incarnations et les visions que peut prendre le théâtre franco-canadien. La biennale présentera notamment le roadtrip identitaire Jack, première pièce solo de Marie-Pierre Proulx, directrice artistique du Théâtre du Nouvel-Ontario. On verra aussi la première pièce de la militante et chroniqueuse acadienne Céleste Godin, Overlap. Des inédits et des chantiers de création seront ouverts au public, notamment autour de la nouvelle création d’Anne-Marie Ouellette et de Thomas Sinou, White Out,et de Dillon Orr, Jeff Koons. Notons également un partenariat avec le théâtre autochtone du Centre national des arts pour présenter trois représentations de Là où le sang se mêle de Kevin Loring en version française. Du 9 au 14 septembre, à Ottawa.