Au calendrier: Théâtre Denise-Pelletier et le Festif de Baie-Saint-Paul

Claude Poissant, directeur artistique du Théâtre Denise-Pelletier
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Claude Poissant, directeur artistique du Théâtre Denise-Pelletier

Passé, présent et futur au Théâtre Denise-Pelletier
« Des rêves, des exigences, des revendications, un peu de larmes, pas de sang, juste assez de mystère », voici comment Claude Poissant, directeur artistique du Théâtre Denise-Pelletier, résume la saison 2019-2020 qu’il a préparée. L’ouverture se fera sous la plume de Guillaume Corbeil, qui revisite Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley, mis en scène par Frédéric Blanchette. En novembre, Catherine Vidal se mesurera aux Amoureux de Goldoni. En février, on verra la nouvelle création d’Olivier Choinière, Zoé, inspirée du mouvement étudiant de 2012. En mars, ce sont Les sorcières de Salem de Miller (adaptées par Sarah Berthiaume) qui seront revisitées par Édith Patenaude. À Fred-Barry, de très beaux morceaux sont attendus, dont le succès du Festival Off d’Avignon J’abandonne une partie de moi que j’adapte, mais aussi le retour d’Autour du lactume, mise en scène par Martin Faucher, de Le poids des fourmis, une farce politique de David Paquet et du Scriptarium, édition 2020, qui ouvre les portes des musées à la jeunesse.

Un 10e Festif éclectique et… festif
Le Festif de Baie-Saint-Paul atteint cette année le cap symbolique de la 10e édition en promettant une déclinaison musicale pour le moins éclatée. Au chapitre des « classiques », on comptera Les Trois Accords, Marjo, Les Vulgaires Machins, mais aussi Dumas, Vilain Pingouin, Damien Robitaille et Qualité Motel. Luc De Larochellière viendra pour sa part fêter les 30 ans d’Amère America. Du côté du quai de la municipalité, avec le Saint-Laurent et L’Isle-aux-Coudres en toile de fond, on pourra notamment aller entendre Ariane Moffatt, Tire le coyote et Les Hay Babies. Quoi d’autre ? Les Dead Obies, Safia Nolin, l’opéra rock des Hôtesses d’Hilaire et une prestation de fin de soirée de la pianiste Alexandra Stréliski. Au total, on promet pas moins de 90 spectacles déclinés sur quatre jours, dont une dizaine de « spectacles-surprises », qui seront annoncés à peine une heure à l’avance, sur l’application mobile du Festif.