Théâtre jeunes publics - Un menu fort copieux

Des représentations prévues dans le temps des Fêtes et lors de la relâche scolaire (enfin!), une série de trois spectacles pour les ados, le premier spectacle québécois pour les enfants de deux ans et un autre en anglais: voilà ce qui caractérise d'abord la très copieuse saison 2004-05 de la Maison Théâtre, qui présentera un total de 14 productions différentes. Entouré des principaux artisans de la prochaine saison, Alain Grégoire jubilait hier dans son théâtre de la rue Ontario, et il avait bien raison. Voilà une programmation qui insiste autant sur la qualité que sur la quantité. Et la plupart des «nouveautés» annoncées viennent souligner la profonde vitalité du théâtre jeunes publics, la saison qui s'achève à la Maison Théâtre ayant aussi permis de bousculer tous les records en place avec plus de 300 représentations et près de 85 000 spectateurs.

Allons-y dans l'ordre. Dès septembre prochain, les Montréalais pourront enfin voir La Librairie de Marie-Josée Bastien, une production du Théâtre du Gros Mécano pour les huit à douze ans, qui raconte une histoire d'amour enrobée de chocolat. Suivra en octobre ce petit chef-d'oeuvre — n'ayons pas peur des mots — qu'est Émile et Angèle de Joël da Silva et Françoise Pillet (pour les sept à douze ans), qu'on reverra avec plaisir après son passage trop rapide à Coups de théâtre, il y a deux ans (déjà?). Fin octobre, c'est la délicieuse Histoire à dormir debout de Claire Voisard et du Théâtre de l'Illusion qui viendra séduire les enfants de quatre à huit ans. Puis, du 17 au 28 novembre, une belle audace qui s'adresse expressément aux ados: Ubu sur la table, du Théâtre de la Pire Espèce, un théâtre d'objets irrévérencieux adapté de l'oeuvre de Jarry qui en avait bousculé plus d'un au dernier Festival de théâtre des Amériques. Dernier spectacle de l'année, du 2 au 20 décembre: Une lune entre deux maisons de Suzanne Lebeau, un classique du répertoire créé il y a plus de 25 ans et repris par Sylvain Hétu et son Théâtre des Lucioles. Bon. Soufflons un peu...

De l'autre côté des Fêtes, on poursuit avec un spectacle pour les enfants de quatre à neuf ans, La Crise, d'Hélène Ducharme et du Théâtre Motus. Puis, surprise, une production en anglais du Green Thumb Theater de Vancouver pour les ados (13 ans et plus) dont on vient tout juste de voir la version française à La Licorne: The Shape Of A Girl de Joan MacLeod (Cette fille-là, dans la traduction d'Olivier Choinière). Et puisqu'on est dans la surprise, que diriez-vous (du 4 au 13 février) d'un texte de Larry Tremblay écrit pour les huit à douze ans et monté par les gens (le Théâtre en l'Air) qui nous ont donné le magnifique Tsuru? Mais la saison se poursuit sur les chapeaux de roues avec Le Rossignol et l'Empereur de Chine de Gérard Bibeau, du Théâtre de Sable (du 13 février au 9 mars), qui s'adresse aux jeunes de cinq à neuf ans, et avec le remarquable Petit peuple de la brume de Bernard Chemin, du Théâtre du Papyrus de Bruxelles. Cette production qui avait aussi séduit tous les publics aux derniers Coups de théâtre est destinée aux enfants de quatre à sept ans et nous amène déjà fin mars.

La dernière portion de la saison a de quoi faire l'envie de toutes les maisons de diffusion. D'abord, La Cité des loups de Louise Bombardier, la toute dernière création du Théâtre de l'Îil, une sorte de fable sur l'instinct qui s'adresse aux sept à douze ans. Puis, du 13 avril au 1er mai, une grande première: Glouglou, de Louis-Domique Lavigne et Louise Gionet, du Théâtre de Quartier, la première pièce québécoise pour les enfants de deux ans (jusqu'à cinq ans): on aimerait pouvoir vous en dire plus là-dessus, mais ça viendra un peu plus tard. Le tout se termine avec deux créations: d'abord, Le Clou présente L'Héritage de Darwin, sa plus récente création, sur un texte d'Évelyne de la Chenelière (pour les 11 à 14 ans — un créneau plutôt négligé par le répertoire — du 5 au 15 mai). Et de la mi-mai jusqu'en juin, le Carrousel nous revient avec sa plus récente création, Le Pays des genoux, de Geneviève Billette, qui sera mis en scène par Gervais Gaudreault.

Que demander de plus?