«Âme nomade»: le voyage au coeur de soi de Magali Chouinard

L'artiste multidisciplinaire Magali Chouinard dit avoir été inspirée par la spiritualité autochtone pour la conception de son nouveau spectacle.
Photo: Catherine Legault Le Devoir L'artiste multidisciplinaire Magali Chouinard dit avoir été inspirée par la spiritualité autochtone pour la conception de son nouveau spectacle.

Plonger au fond de soi à la découverte de ses peurs, de ses envies, de ses côtés sombres comme de ses côtés lumineux exige souplesse et ouverture d’esprit. Du courage, aussi, afin de ne pas s’enfermer dans une image de soi parfois trompeuse. Dans une volonté d’explorer l’inconscient tout en investissant la scène d’une dimension nouvelle et allégorique, l’artiste visuelle et multidisciplinaire Magali Chouinard foulera les planches du théâtre Outremont avec Âme nomade, sa toute nouvelle création présentée dans le cadre du Festival de Casteliers qui se déroulera du 8 au 11 mars prochain.

Forte d’une symbolique laissant place à tous les possibles, le spectacle est porté par une quête vieille comme le monde, celle qui consiste à retrouver l’enfant en soi. Jointe par Le Devoir, Magali Chouinard raconte avoir été très inspirée par la spiritualité autochtone, qui a donné beaucoup de souffle au spectacle. Sans être une fable ou un conte puisé à même cette culture, Âme nomade en garde le rapport à la nature, « à l’esprit des animaux qui guident les autochtones, en lesquels ils trouvent des correspondances de caractère, d’attitude par rapport à la vie », explique-t-elle.

 


Sur scène défilent ainsi — sous forme de projection, de marionnettes, de masques — différents personnages, notamment un loup et un corbeau qui représentent de façon imagée les différentes dimensions qui nous habitent. « Ça correspondait pour moi à cette idée de quête intérieure, parce que le loup est un guide et le corbeau est la prise de conscience de soi, la conscience qu’on se trouve dans quelque chose de plus grand que soi. Ce sont tous des doubles intérieurs qui se rencontrent, différentes essences de soi qui varient selon ce qui nous arrive. »

« Ne cherchez toutefois pas un seul sens à l’histoire que vous verrez sur scène, ajoute-t-elle. On a fait une mise en scène visuelle et métaphorique. Il y a surtout un fil poétique perceptible à travers un enchaînement d’images. Je trouve ça important que les spectateurs aient cette clé de lecture là. J’offre une proposition qui sort des sentiers battus, qui me permet de mettre en mouvement mon univers visuel et de créer ainsi un monde surréaliste, poétique et aussi psychanalytique. Il y a tellement de possibilités d’appréhension. Chacun n’a pas la même perception des symboles, mais on se les approprie de façon souvent personnelle. »

La force du visuel

Pièce sans paroles, Âme nomade est portée par le silence, mais aussi beaucoup par les images et un fil mélodique inspiré de la nature. Pour l’artiste multidisciplinaire qui a plus de trente ans de métier, la force poétique qui se dégage des images supplante ici la nécessité de recourir aux mots. « Le silence est arrivé très tôt dans la recherche. Je ne trouvais pas que c’était nécessaire d’avoir un texte. Au-delà des craintes qu’on peut avoir devant un tel spectacle, c’est intéressant de réaliser comment l’univers visuel parle beaucoup. Dans ce silence, on se met rapidement à décoder, on tombe plus dans un rapport d’impression. Un peu comme devant un spectacle de danse ou l’écoute de la musique. On se laisse porter par les émotions qu’on ressent. Ça ouvre sur les possibles de compréhension. »

Offerte au public de 12 ans et plus, la pièce est selon l’artiste destinée à tous. Elle affirme que les plus petits seront tout aussi capables de se laisser porter par la symbolique des images et le silence qui offrent aussi un fil narratif. « Cette porte-là peut être ouverte à tout âge. Il faut encourager les jeunes à explorer, à découvrir le langage poétique, qui n’est pas qu’une affaire de mots. La poésie, c’est une façon de communiquer qui est connectée aux sens. Tu ne peux pas expliquer, mais tu as ressenti des choses fortes. »

Ainsi, à travers cette fable, la créatrice de La femme blanche — spectacle sans parole ni musique créé en 2012 — invite à basculer dans un état d’esprit qui se rapproche, dira-t-elle, du rêve éveillé. « Ce que j’ai construit, c’est de l’ordre de la mythologie intérieure. C’est très riche et il faut ouvrir la porte. C’est un voyage à faire… qu’il faut oser faire. Oser entrer dans son intériorité et voir ce qui nous habite. On y fait des rencontres surprenantes. » Et le tout, en silence.

Un trio qui pique notre curiosité

En ouverture, la troupe mexicaine La Liga Teatro Elastico accompagnée de ses marionnettes géantes déambulera dans la rue pour faire découvrir gratuitement Les bêtes dansent ou le sortilège discret de la nature sauvage. Pour les plus grands passés 13 ans, on retient Macbeth muet du théâtre d’objets, qui revisite sans paroles le texte de Shakespeare avec des corps, des objets et du faux sang unis dans une ronde qui met en lumière un monde sans morale. Pour les petits, Les routes ignorées plongera les spectateurs dans l’univers du conte où l’on suivra Ivan Tsarévitch dans une quête formatrice au coeur de la Russie.

Âme nomade

Mise en scène, réalisation des courts métrages, scénographie, interprétation : Magali Chouinard. Dimanche 11 mars à 15 h au théâtre Outremont.