«Jean dit»: la tyrannie de la vérité

Dans la pièce «Jean dit», on assiste à la croissance d’un étrange culte, suivant les préceptes d’un invisible gourou, Jean, qui réclame la Vérité en tout temps.
Photo: Valérie Remise Dans la pièce «Jean dit», on assiste à la croissance d’un étrange culte, suivant les préceptes d’un invisible gourou, Jean, qui réclame la Vérité en tout temps.

D’Olivier Choinière, on en est venus à attendre ces objets théâtraux hors normes. Le brillant créateur de Chante avec moi a imaginé à nouveau une sorte de rituel mettant en garde contre une dérive collective et ses processus de contamination. Sans craindre d’avoir recours à un genre musical éloigné du mainstream : les sonorités gutturales du death metal.

Jean dit décrit une société méfiante, où la parole des experts est mise en doute au profit de la perception subjective et où même la prétendue authenticité se donne en spectacle (la présence d’écrans au-dessus de la scène et d’un décor clinquant en témoigne). Dans ce contexte, jusqu’à quelles extrémités radicales pourrait mener notre quête compréhensible de véracité ?

On assiste à la croissance d’un étrange culte, suivant les préceptes d’un invisible gourou, Jean, qui réclame la Vérité en tout temps. Cette meute adoratrice de vérité va infecter successivement les principales institutions sociales : lieu de travail, cabinet de médecin, médias, école. Jusqu’à la sphère cynique du pouvoir politique, là où l’on croit, à tort ou à raison, que les électeurs « préfèrent qu’on leur mente. » Pourtant, la douzième apôtre potentielle de ce microcosme social — incarné par une distribution contrastée — résiste…

Dans un rituel modelé sur les AA comme sur les rites religieux, ces menteurs repentis s’adonnent à des séances de confessions publiques, avec absolutions, baptêmes à l’encre et serments. Un credo chaque fois ponctué par les hurlements du chanteur à la voix d’outre-tombe Sébastien Croteau, et de son groupe spécialement créé pour le spectacle.

Le point de départ de Jean dit est ingénieux, et certains arguments, notamment sur la vérité historique, fournissent certes matière à discussion. Choinière a poussé son illustration jusqu’au bout, mais la démonstration, qui s’appuie sur un procédé répétitif, s’essouffle.

À noter que la pièce n’explique pas le processus de persuasion du mouvement pro-vérité. Le moment de conversion, jamais montré, semble tenir davantage d’une contagion inexplicable — tel un virus dans un film d’horreur.

Il y a aussi une dimension viscérale (et un peu terrifiante !) dans l’emploi du death metal pour accompagner la transformation des adeptes. Mais disons que ce choix musical est audacieux. De précédentes critiques sociales signées par Olivier Choinière, comme Chante avec moi ou Mommy, entraînaient le public avec elles dans une forme ludique, pour mieux l’interpeller. Ici, l’agression sonore risque de rebuter plus d’un spectateur.

Jean dit

Texte et mise en scène : Olivier Choinière. Une création du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et de L’Activité. Dans la grande salle du théâtre d’Aujourd’hui jusqu’au 17 mars.