Club échangiste

Dans leurs tenues de maîtres, Lisette (Catherine Trudeau) et Arlequin (Marc Beaupré), désopilants, s’en donnent à cœur joie.
Photo: Yves Renaud Dans leurs tenues de maîtres, Lisette (Catherine Trudeau) et Arlequin (Marc Beaupré), désopilants, s’en donnent à cœur joie.

Pour sa première mise en scène au Théâtre du Nouveau Monde, Alain Zouvi a choisi Le jeu de l’amour et du hasard, la plus célèbre et la plus représentée des pièces de Marivaux, une comédie en trois actes qui lui va comme un gant. Dans cette mascarade où le rire est souvent inquiet, l’esprit cruel et la légèreté une apparence, le grand acteur comique trouve tout naturellement ses repères.

Les marivaudages ne sont pas du goût de tous. Plusieurs n’entendent rien aux badinages et aux galanteries des personnages de Marivaux. Pourtant, sous la surface, derrière la préciosité et le romantisme exacerbé se dessinent des drames individuels et collectifs, une forme de contestation du statu quo qu’il est crucial, pour ne pas trahir l’auteur, de faire voir et entendre. Au Québec, Claude Poissant et Alice Ronfard sont de ceux qui ont brillamment fait valoir cette dimension de l’oeuvre marivaldienne. L’approche de Zouvi est certainement moins grave, mais elle est sensible et loin de toute caricature.

Dans le joli jardin imaginé par Jean Bard, sous les regards narquois de Monsieur Orgon (Henri Chassé) et de son fils (Philippe Thibault-Denis), les maîtres et les valets vont échanger leurs places afin de mettre leurs sentiments à l’épreuve. Rapidement, vous vous en doutez bien, il y aura de l’amour dans l’air. Dans leurs habits de serviteurs, Dorante (David Savard) et Sylvia (Bénédicte Décary), émouvants, tentent de réfréner leurs sentiments. Dans leurs tenues de maîtres, Arlequin (Marc Beaupré) et Lisette (Catherine Trudeau), désopilants, s’en donnent à coeur joie.

Prisonniers de leurs propres stratagèmes, les personnages, dont le metteur en scène n’a pas cherché à adoucir les réactions, vont voir apparaître un instant les barreaux d’une société aux règles trop strictes, mais surtout la manière dont ils engendrent et perpétuent ce système. En ce sens, Marivaux tend un miroir à ses personnages aussi bien qu’à ses spectateurs. Qu’est-ce que l’amour peut bien avoir à faire de la loi, de la bienséance, des classes et des conventions sociales ? Voilà la question qui sous-tend Le jeu de l’amour et du hasard.

Dans une société aussi hiérarchisée que la nôtre, où les inégalités sont criantes, la pièce créée en 1730 sonne juste, arbore, en même temps qu’un indéniable classicisme, une certaine modernité. Bien entendu, il s’agit d’abord et avant tout d’un divertissement. À la fin, une fois que les masques seront tombés, que l’amour aura triomphé, l’ordre sera sans contredit rétabli. Mais une brèche se sera certes installée dans l’édifice du pouvoir.

Le jeu de l’amour et du hasard

Texte : Marivaux. Mise en scène : Alain Zouvi. Au TNM jusqu’au 20 mai.