Romantiques anonymes

Jimmy cherche l’amour désespérément et partout, même dans les entrailles de son téléphone.
Photo: Hillary Green Jimmy cherche l’amour désespérément et partout, même dans les entrailles de son téléphone.

Né en Australie, installé à Toronto depuis 2011, associé au stimulant Buddies in Bad Times Theatre, l’auteur et comédien Sunny Drake ose plonger tête première dans la complexité des rapports amoureux au XXIe siècle. Son solo No Strings (Attached), présenté en anglais dans le studio de l’Espace libre après l’avoir été dans 40 villes en Europe, en Australie, aux États-Unis et ailleurs au Canada, démontre avec beaucoup d’esprit à quel point le particulier peut rejoindre l’universel et l’intime s’avérer politique.

Sur la scène, Jimmy, homme trans, alter ego de Sunny Drake, se déclare romantique anonyme. Il cherche l’amour désespérément et partout, même dans les entrailles de son téléphone, ne cesse de tomber et de se relever. Dans sa quête, qu’il observe et commente avec beaucoup de lucidité, tous les stéréotypes sont embrassés, puis récusés, toutes les normes sont reconduites, puis abandonnées. Adoptant une perspective queer, critique et résolument comique, le solo met à mal la sacro-sainte binarité du monde dans lequel nous vivons.

Entre le masculin et le féminin, l’hétérosexualité et l’homosexualité, la monogamie et la polygamie, l’amour et la sexualité, il y a une foule de nuances que Sunny Drake prend un malin plaisir à explorer. Loin de toute forme de misérabilisme, les confessions de l’auteur et comédien, qu’on imagine autobiographiques, rendent compte d’un parcours bien spécifique dans lequel on ne peut s’empêcher de reconnaître nos propres mésaventures amoureuses. Comment être aimé pour ce qu’on est ? Là est la question. Comme le chante Jean-Pierre Ferland, l’amour, c’est de l’ouvrage !

La force du solo réside, vous l’aurez compris, dans son texte. En partant d’une expérience individuelle, Sunny Drake déclenche une réflexion sur des enjeux identitaires, corporels, sociaux et sexuels. Si bien que, il faut le reconnaître, la représentation frôle parfois la conférence. La mise en scène de Gein Wong peine à dynamiser l’adresse au public, et ce, malgré une amusante utilisation de la vidéo et des accessoires. Reste que le caractère rudimentaire de la théâtralité est largement compensé par la conviction du comédien et la pertinence du propos.

No Strings (Attached)

Texte et interprétation : Sunny Drake. Mise en scène : Gein Wong. Dans le studio de l’Espace libre jusqu’au 11 mars. En anglais, surtitré en français.