Déjouer l’ennui, une pièce à la fois

Marie Fradette Collaboration spéciale
Une scène tirée de «L’histoire du grillon égaré dans un salon», de Claudie Gagnon
Photo: Louise Leblanc Une scène tirée de «L’histoire du grillon égaré dans un salon», de Claudie Gagnon

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Si la saison n’offre pas beaucoup de nouvelles créations, les théâtres et différents lieux de diffusion assurent une programmation solide. En est pour preuve L’histoire du grillon égaré dans un salon de Claudie Gagnon créée d’abord lors des coups de théâtre en novembre 2014 qui s’installe pour la première fois ce printemps à la Maison Théâtre.

Bien campé dans un fauteuil au coeur d’un salon sans histoire, un enfant déjoue l’ennui en cherchant le grillon qui se fait entendre tout près de lui. Débute alors une aventure de l’autre côté du miroir où l’on cligne de l’oeil à différents personnages de contes traditionnels, notamment à Jacques et le haricot magique, Blanche-Neige, Alice au pays des merveilles. Gagnon propose ici un spectacle sans paroles, mais teinté de notes de musique, de mille et un sons porteurs de sens, une pièce dans laquelle la force de l’imaginaire sera assurément mise à contribution.

Produit par le Théâtre des Confettis, compagnie de théâtre jeunesse de Québec qui roule sa bosse depuis 1977 — et qui nous a donné notamment Les choses berçantes l’an passé, pièce qui revient en mai aux Gros Becs —, l’univers merveilleux du grillon sera présenté aux enfants de 5 à 8 ans pendant la relâche scolaire, soit du 1er au 12 mars.

Pièce intrigante offerte aux adolescents, Le lac aux deux falaises du poète et dramaturge acadien Gabriel Robichaud laisse, elle aussi, entrevoir un moment de théâtre fort. Premier texte produit pour Robichaud, la pièce raconte l’histoire de Ti-Gars, un adolescent de 17 ans qui, dans un décor mystérieux fait d’un lac et d’une montagne magique et entouré de son grand-père et d’une jeune fille, va découvrir son histoire, celle de sa famille. Présentée pour la première fois l’an passé, elle sera offerte cette année au Théâtre Denise-Pelletier en mars (21-25), aux Gros Becs en avril (5-7) ainsi que pendant la Rencontre Théâtre Ados de Laval le 26 avril.

Pour le meilleur

On surveillera par ailleurs le Festival de Casteliers qui se déroulera du 8 au 12 mars à l’Arrière Scène. Des spectacles de marionnettes pour petits et grands dont la programmation sera dévoilée à la fin janvier.

La saison regorge de valeurs sûres pour les ados, notamment l’immense Guerre et paix mis en scène par Antoine Laprise qui sera à la Maison Théâtre jusqu’à demain, 15 janvier. Il faudra voir aussi Noyade(S), un texte sur la cyberintimidation écrit par Jean-François Guilbault et Andréanne Joubert. À la Maison Théâtre du 5 au 12 avril.

Aux Gros Becs, Richard le polichineur d’écritoire, théâtre d’objet, propose une version de trois textes célèbres de Shakespeare (8 au 12 février), alors quAssoiffés, de Wajdi Mouawad, sera au Théâtre Denise-Pelletier du 8 au 25 février.

Pour les pré-ados et les plus petits, on retiendra la Petite fête chez Barbe bleue écrit et mis en scène par Joël Da Silva et présenté à la Maison Théâtre en janvier (7-12 ans). Terzetto, une production du Théâtre de l’Aubergine, fera pour sa part le bonheur des amateurs d’art clownesque (à la Maison Théâtre ainsi qu’aux Gros Becs, 5-12 ans).

Sans oublier quelques pas de danse, notamment à la Place des Arts pendant la relâche, L’ombre de l’escargot aux Gros Becs et Lettre pour Éléna à l’Arrière-Scène. À vos théâtres !

Les Zurbains ont vingt ans

Ce concours d’écriture proposé à des milliers d’adolescents des écoles secondaires permet chaque année à quatre élus de voir leur conte mis en scène à côté de celui d’un auteur professionnel. En 2017, ces jeunes dramaturges auront la chance de travailler avec Kim Thúy afin d’offrir un spectacle singulier. Mis en scène par Monique Gosselin, produit par le Théâtre Le Clou en collaboration avec le théâtre jeunesse des Gros Becs, le tout sera présenté au théâtre Denise-Pelletier du 27 avril au 12 mai.