Des artistes d’avant-garde québécois sur les planches de Marseille

Geneviève et Matthieu, créateurs de <em>La Jamésie</em>
Photo: La Jamesie Cr. DR2 Geneviève et Matthieu, créateurs de La Jamésie

Dans la ville de Marseille, chaque automne depuis 15 ans, le festival Actoral réunit des créateurs de l’avant-garde, des artistes chevronnés et débutants, des écrivains, des metteurs en scène, des chorégraphes, des plasticiens, des poètes et des cinéastes. Cette année, le directeur, l’auteur et metteur en scène Hubert Colas, propose plus de 90 rendez-vous sur trois semaines. Dans le programme, parmi des noms comme Yan Duyvendak, Jan Martens, Jonathan Capdevielle, Angélica Liddell et Milo Rau, on trouve ceux de quatre Québécois et d’une Canadienne.

Nature sauvage

Chorégraphe, danseuse et performeuse née au Yukon, Antonija Livingstone vit entre Montréal et Berlin. On lui doit notamment Culture, Administration & Trembling, créé au FTA en 2014. Le 30 septembre, à la Friche la Belle de Mai, une ancienne manufacture de tabac transformée en un sensationnel complexe culturel, la très charismatique créatrice partageait la scène avec la performeuse Simone Aughterlony (Suisse) et le musicien Hahn Rowe (États-Unis) dans Supernatural, un spectacle échevelé explorant les limites du corps, du genre et du plaisir sexuel. Avec des bûches, beaucoup de bûches, mais aussi des haches et des cordes, Livingstone a imaginé une fête sauvage, pulsionnelle, une aventure multidisciplinaire orgasmique, singulière, impudique et libératrice, mais aussi, au final, il faut le reconnaître, plutôt redondante.

Mises en espace

Le jeune metteur en scène parisien Florian Pautasso dévoilait le 1er octobre, toujours à la Friche, sa mise en espace de Tu iras la chercher, un texte de Guillaume Corbeil, solo délicieusement vertigineux que Sophie Cadieux a créé à l’Espace Go en 2014 avec Marie-France Lambert. Le texte, malheureusement abrégé, était rendu avec conviction et nuance par la comédienne Stéphanie Aflalo. Le 7 octobre, Félix-Antoine Boutin, nouvel enfant chéri de la mise en scène québécoise, signera la mise en espace de Ce qu’on attend, ce qu’on avait déjà, une pièce du Parisien Mario Batista où « une femme n’a que les mots comme bouée pour s’accrocher, que le regard de l’autre comme territoire, que leurs âmes mêlées comme fleuve à traverser ».

De Rouyn-Noranda à Marseille
 

Le 3 octobre, à Montevideo, quartier général d’Actoral, Geneviève et Matthieu, des créateurs libres de toutes étiquettes venus de Rouyn-Noranda, feront voyager leurs spectateurs jusqu’à La Jamésie, du nom d'un territoire situé au nord du Québec, où se trouve la Baie-James, l’une des dernières régions vierges du monde, habitée par des Cris et des Jamésiens, mais que les complices de ce tandem musico-performatif prennent aussi un plaisir manifeste à imaginer, à transformer, à fantasmer. Pour eux, la Jamésie, c’est un nouveau monde, le refuge des exclus, des tordus, des faibles et des oubliés, un espace qu’on aurait tout avantage à explorer plus souvent.

Le 15e festival Actoral se poursuit à Marseille jusqu’au 10 octobre. À l’automne 2016, si tout se passe comme prévu, l’événement devrait, comme en 2014, connaître une édition québécoise à l’Usine C. On croise très fort les doigts.