Le coeur à la fête

La soirée, présentée dans une configuration cabaret, parsemée de chansons, unifiée par une efficace scénographie à géométrie variable, nous entraîne d’une fête à l’autre.
Photo: Jonathan B. Cormier La soirée, présentée dans une configuration cabaret, parsemée de chansons, unifiée par une efficace scénographie à géométrie variable, nous entraîne d’une fête à l’autre.

Quinze ans déjà qu’on produit des créations québécoises dans la charmante petite salle de l’Ancien presbytère, à Granby. Antoine Bertrand et Frédéric Blanchette font partie de ceux qui y ont fait leurs premières armes. Le directeur artistique de l’endroit, Martin Gougeon, d’un dynamisme redoutable, a choisi de programmer cet été, afin de souligner ce noble anniversaire, un collage de courtes pièces des plus festives : C’est à ton tour…

La formule, celle du spectacle composé d’une série de sketches humoristiques, a fait ses preuves. Non seulement elle convient tout particulièrement au contexte estival, mais elle répond aussi parfaitement aux impératifs d’une époque où la capacité d’attention est en chute libre. Difficile en effet de s’ennuyer lorsqu’on est exposé à autant de styles, de personnages et de situations. Les aficionados des réjouissantes soirées Théâtre Tout Court de Serge Mandeville et Véronick Raymond ont bien compris cela.

D’une fête à l’autre

Martin Gougeon, qui signe la moitié des vingt saynètes au menu, est aussi le metteur en scène du spectacle, en plus de partager la scène avec Mélissa Dion Des Landes, Laurie Gagné et Patrick Golau. La soirée, présentée dans une configuration cabaret, parsemée de chansons, unifiée par une efficace scénographie à géométrie variable, nous entraîne d’une fête à l’autre, des célébrations qui prennent souvent une tournure inattendue. Party de bureau, fête de famille, d’enfants ou de voisins, anniversaire de mariage ou de divorce : autant de territoires propices aux débordements les plus loufoques.

Les textes sont inégaux, bien entendu, mais il reste que la grande majorité d’entre eux font mouche. L’humour qui y est cultivé est grivois sans être grossier. Les ressorts utilisés sont connus sans être usés à la corde. Les personnages, bien définis, sont campés avec panache. Certains d’entre eux, comme le jeune Tristan, plutôt esseulé et un brin mésadapté, sont même touchants.

Les tableaux les plus concluants sont sans contredit ceux qui mettent en scène les aléas de la vie en société au XXIe siècle. Alors que François Gilbert cristallise avec adresse la complexité des rapports humains à l’ère des réseaux sociaux, Laurie Gagné imagine la détresse de deux bobos en exil à Granby et Patrick Golau exprime, dans un dialogue entre deux voisins diamétralement opposés, le choc des valeurs au sein d’une même communauté.

C’est à ton tour…

Textes : Laurie Gagné, François Gilbert, Patrick Golau, Martin Gougeon et Louis-François Grenier. Mise en scène : Martin Gougeon. À l’Ancien presbytère (170, rue Saint-Charles Sud, Granby) jusqu’au 22 août.

À voir en vidéo