Un avant-goût du futur

Claudiane Ruelland, l’une des interprètes de «La tribu»
Photo: Jacques Grenier Le Devoir Claudiane Ruelland, l’une des interprètes de «La tribu»

Chaque année, le Carrefour international de théâtre de Québec nous offre un avant-goût du futur. Par l’entremise des Chantiers − constructions artistiques, le public est en effet invité à découvrir des projets en plein développement. Impossible, évidemment, de rendre justice en quelques lignes à la richesse et à la diversité de la douzaine de textes présentés cette année encore sous forme de lectures publiques ou de laboratoires. On pardonnera par conséquent au critique de ne retenir ici que ses principaux coups de coeur.

Après avoir ébloui la galerie l’an dernier avec un premier texte d’une rare intensité, Jean-Denis Beaudoin récidive cette année avec Épicerie, une création probablement moins personnelle, mais tout aussi tordue et sans doute plus originale et mieux construite encore que la précédente. On ne dira rien ici de l’histoire, que vous aurez l’occasion de découvrir en 2016 à Premier Acte, mais on soulignera l’exceptionnel sens du rythme et de la progression dramatique de ce jeune auteur qui, naviguant habilement entre l’horreur et l’absurde, compose des dialogues d’un naturel et d’une drôlerie sans pareils. Présentée en lecture publique, la pièce semble déjà bien rodée, et son succès futur ne semble devoir faire aucun doute. L’avenir, en somme, s’annonce radieux pour Jean-Denis Beaudoin, qui s’affirme année après année comme l’un des dramaturges les plus talentueux de sa génération.

Titiller notre imaginaire

Moins achevée, mais plus riche, plus bouillonnante de virtualités encore inaccomplies, La tribu, de Geneviève Tremblay, sait y faire lorsque vient le temps de titiller notre imaginaire. Adaptation truculente d’une trilogie romanesque signée François Barcelo, cette épopée burlesque réinvente l’histoire des Amériques de manière totalement fantaisiste et débridée.

Avec ses dizaines de personnages hauts en couleur et son univers farfelu peuplé d’autochtones immortels et d’extraterrestres bien intentionnés, la pièce apparaît comme un terrain de jeu idéal pour ses concepteurs, qui caressent le projet tout à fait pertinent d’en faire un spectacle de marionnettes à grand déploiement. On ne sait pour l’heure pratiquement rien de ces pantins, mais la perspective de les voir livrer un jour sur scène ce texte fabuleusement iconoclaste fait littéralement rêver.

Épicerie

De Jean-Denis Beaudoin

La Tribu

De Geneviève Tremblay

Présentées à Premier Acte dans le cadre des Chantiers – constructions artistiques du Carrefour international de théâtre de Québec.