Les Improductifs passent les Fêtes à la moulinette

À quelques jours du spectacle, la boîte est encore un peu vide, mais « le contenu va être enlevant », assure le comédien Simon Boudreault avec l’assurance de l’improvisateur qui en a vu d’autres…
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir À quelques jours du spectacle, la boîte est encore un peu vide, mais « le contenu va être enlevant », assure le comédien Simon Boudreault avec l’assurance de l’improvisateur qui en a vu d’autres…

Il fallait un miracle, et voyez-vous donc, c’est entre Noël et le jour de l’An qu’il a décidé de se produire. Oui, cette année, les membres du collectif d’improvisateurs Les Improductifs, à cheval entre théâtre, burlesque et humour, ont réussi à faire concorder leur agenda, dans le tourbillon des rencontres sociales et familiales. Pour une rare fois, lance Simon Boudreault. « La faute à l’austérité qui nous empêche de partir trop loin de la ville », précise-t-il, sourire en coin.

Ça va se passer le 29 décembre, sur les petites planches du Petit Campus à Montréal. Baptisé Le réveillon des tout-seuls, l’événement propose d’extraire le comique naturel de l’esprit des Fêtes pour mieux en faciliter sa digestion.

« Ce qui est bien avec le temps des Fêtes, c’est que tout le monde, à peu près, vit la même chose », dit le comédien, joint cette semaine par téléphone par Le Devoir. L’homme est, depuis 10 ans, une des composantes de ces Improductifs avec Laurent Paquin, Daniel Malenfant, Nicolas Pinson et Éric Desranleau. « Les déplacements plus ou moins forcés d’une famille à une autre, l’abus de nourriture qui nous donne envie de manger de la salade après une semaine de ce traitement, les cadeaux que l’on n’aurait pas voulu recevoir… », la trame de fond est finalement, année après année, assez prévisible. Elle donne du coup à ces Improductifs un terrain fertile pour traquer le rire fédérateur, sans trop se fatiguer. « On est improductifs, mais on fait aussi dans la procrastination », poursuit-il.

À quelques jours de ce spectacle, auquel va prendre part également Sophie Caron, membre incontournable de la Ligue nationale d’improvisation (LNI), à titre d’invitée spéciale, la boîte est donc encore un peu vide, mais « le contenu va être enlevant », assure Simon Boudreault avec l’assurance de l’improvisateur qui en a vu passer, dans sa vie, des improvisations mixtes, en duo, avec ou sans paroles.

Entre Noël et le jour de l’An, il les voit même parfaitement se profiler. « On va s’amuser à faire un faux conte de Noël avec des marionnettes, imaginer des retours de cadeaux ou encore créer les voeux que des personnalités publiques pourraient bien formuler », dit le comédien en rappelant la formule de cette création qui repose sur l’interaction. « C’est le public qui va choisir le type de cadeau que l’on va devoir rapporter au magasin, les noms des personnalités… Il y a une source intarissable de sujets avec lesquels on va pouvoir s’amuser »,le temps d’une soirée qui, induite par le miracle des agendas mis au diapason, risque aussi pour eux de devenir salvatrice.

« Quand on y pense bien, cela va nous donner, pour une rare fois, une excuse en béton pour ne pas nous rendre à un party de famille qui aurait lieu ce soir-là, dit Simon Boudreault. Et puis, ça va nous forcer aussi à sortir de table et à être debout » entre le réveillon de Noël et celui du jour de l’An, ce qui, à cette époque de l’année, est fortement recommandé pour laisser le système digestif réussir lui aussi son miracle quotidien.

C’est quoi, ton film de Noël?

La mélodie du bonheur ? Astérix et Cléopâtre ? Histoires d’hiver ?C.R.A.Z.Y. (notre photo) ? Tintin et le lac aux requins ? La guerre des Rose ? Quel est le film qui représente le plus, ou le mieux, le temps des Fêtes, demandent depuis quelques jours, sur Facebook, Les Improductifs aux fidèles de leurs soirées d’impro-performance qui déchaînent différents théâtres de la ville, une fois par mois, depuis 10 ans maintenant. « On veut savoir, dit Simon Boudreault, pour s’amuser avec le 29 décembre prochain. » Comment ? En appliquant sur un bout du long métrage choisi par les internautes un nouveau doublage, à la sauvette, comme ça, avec des mots imposés par le public présent dans la salle. Improductifs, peut-être ! Mais audacieux et téméraires aussi !

Le réveillon des tout-seuls

Avec Simon Boudreault, Laurent Paquin, Nicolas Pinson, Daniel Malenfant et Éric Desranleau, au Petit Campus, le 29 décembre à 20 h.