Vivre au conditionnel

Avec Koalas, Félix-Antoine Boutin incite ses contemporains à faire table rase, à réfuter les attentes.
Photo: Nans Bortuzzo Avec Koalas, Félix-Antoine Boutin incite ses contemporains à faire table rase, à réfuter les attentes.

Vous dire le bonheur qui envahit le critique de théâtre lorsqu’il voit surgir dans le paysage un animal franchement singulier. Ce sentiment, qui a pris naissance en 2013, alors que j’assistais à une représentation de Message personnel, se confirme ces jours-ci avec Koalas. Pas de doute, Félix-Antoine Boutin est d’une espèce à part, de celles qui s’écartent courageusement du troupeau, de celles qui résistent effrontément à l’identification.

Pour donner le coup d’envoi à une résidence de deux ans à la salle Jean-Claude Germain du Théâtre d’Aujourd’hui, l’auteur et metteur en scène, directeur de la compagnie Création Dans la chambre, diplômé de l’École nationale en 2012, a choisi une oeuvre remplie de ces savoureux paradoxes dont il a le secret.

Librement inspirée d’Édouard II, la pièce de Christopher Marlowe, Koalas est un quintette où le tragique répond au comique, le silence à la poésie, la mort à la vie et le kitsch au sacré. Sont ainsi conviés sans discrimination Madonna, Proust, Pénélope, Françoise Hardy, Verlaine, Rimbaud et Céline Dion. Sans oublier un koala sexy et une licorne en colère.

Entre les cinq protagonistes, tout est histoire d’attraction et de répulsion, de révélation et de dissimulation, de fantasme et de réalité. Leur quête est sans nul doute amoureuse et sexuelle, mais elle est surtout identitaire. À vrai dire, leur vie entière est une suite de doutes et d’hésitations. Toujours on voit et on entend chez eux cet écartèlement entre la norme et l’invention. Pas surprenant que l’ensemble de leurs verbes soit conjugué au conditionnel.

Nul besoin de chercher longtemps pour trouver dans cet univers où rien n’est véritablement accompli, mais où tout est encore possible, des correspondances avec notre propre société. Les héros de Boutin sont aussi contradictoires que les Québécois peuvent l’être. Quand il s’agit de juxtaposer idées de grandeurs et séance d’apitoiement, ambition et dépréciation, il faut reconnaître que nous sommes champions.

En s’appuyant sur des comédiens doués, à commencer par ses deux muses, les incomparables Marie-Line Archambault et Juliane Desrosiers Lavoie, le metteur en scène organise un irrésistible chaos, une sorte de party de bureau jamais banal. Dans les moments les plus funestes, on peut toujours compter sur les ballons, les paillettes et les chapeaux pointus pour alléger l’atmosphère… temporairement.

Avec Koalas, Félix-Antoine Boutin incite ses contemporains à faire table rase, à réfuter les attentes, à se soustraire aux pressions de toutes sortes, autrement dit à s’affranchir, individuellement aussi bien que collectivement. Difficile d’imaginer plus belle invitation.

Koalas

Texte et mise en scène : Félix-Antoine Boutin. Une production Création Dans la chambre. À la salle Jean-Claude Germain du Théâtre d’Aujourd’hui jusqu’au 25 octobre.

À voir en vidéo