Théâtre jeunes publics - La Maison Théâtre voit double!

Avec Un château sur le dos, la comédienne et metteure en scène Marie-Ève Huot propose une héroïne hors-norme aux 8 à 11 ans.
Photo: Marc-Antoine Zouéki Avec Un château sur le dos, la comédienne et metteure en scène Marie-Ève Huot propose une héroïne hors-norme aux 8 à 11 ans.

En plus de faire connaître, mercredi dans ses locaux de la rue Ontario, sa programmation de la prochaine saison (la 30e déjà !), Alain Grégoire, le patron de la Maison Théâtre, réservait une surprise à tout le monde : rien de moins que l’ajout d’une nouvelle salle !


« En attendant d’avoir une deuxième salle bien à elle dans le Quartier des spectacles, déclarait-il en substance, la Maison Théâtre s’allie à son voisin de rue, le théâtre Prospero, pour offrir un lieu plus intime pour les spectacles conçus à cet effet. Nous aurons donc deux lieux de diffusion en 2013-2014 : la Maison Théâtre chez elle et la Maison Théâtre au Prospero. »


Finis, donc, les spectacles présentés sur la grande scène de la Maison Théâtre devant de petites jauges. Dans cette nouvelle salle, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à la salle intime du Prospero, on proposera trois spectacles ciblant les tout-petits : le remarquable Flots, tout ce qui brillevoit du Théâtre des Confettis (dès 18 mois), qui fera le pont du temps des Fêtes, Ondine, le très réussi spectacle de Sabrina Baran de l’Illusion Théâtre pour les 3 à 6 ans (en mars), et Là où j’habite de Nathalie Derome (à la mi-décembre), dont on vient de voir un banc d’essai peu convaincant à Petits bonheurs.

 

Onze à la douzaine


Pendant ce temps, un peu plus loin rue Ontario, la vie continue avec une bonne douzaine de spectacles. Tout s’amorcera avec la visite du Gioco Vita, qui propose aux enfants de 3 à 7 ans, dès la fin de septembre, Le chien bleu,d’après le livre de Nadja. Suivront trois spectacles très attendus : en octobre, le nouveau Gretel et Hansel de Suzanne Lebeau, que l’on présente comme une relecture « à la fois crue et tendre » du célèbre conte, sera mis en scène par Gervais Gaudreault (pour les 6 à 9 ans) ; puis en novembre, on verra si Marie-Ève Huot continuera à s’imposer avec Un château sur le dos, qui propose une héroïne hors normes aux 8 à 11 ans ; et fin novembre, les ados pourront voir le tout nouveau spectacle du Clou, Appels entrants illimités de David Paquet. Benoît Vermeulen signe la mise en scène de cette histoire où trois colocs tentent de trouver un sens à leur vie.


Nous voilà déjà autour de Noël, alors que le Mermaid Theatre of Nova Scotia présentera La chenille qui fait des trous, qui sera tout de suite suivi en janvier de Reviens ! de Marie-Hélène Larose-Truchon, le texte gagnant du concours annuel de la relève… mis en scène par Marie-Ève Huot.


Le reste de la saison sera tissé de spectacles déjà bien rodés : Autopsie d’une napkin du Petit Théâtre de Sherbrooke, vu à Coups de théâtre ; Pinocchio,présenté récemment à la PdA ; le Grand méchant loup du DynamO ; le très beau Les mains de mon père de Serge Marois, créé à Coups de théâtre ; La ville en rouge du Pupulus Mordicus, présenté l’automne dernier à Maniganses ; et Une histoire dont le héros est un chameau de Jean-Rock Gaudreault, qui revient à la Maison après quelques années d’errance.


Bref, il y en aura pour tous les goûts.



Collaborateur

À voir en vidéo