Vers un TNM agrandi

Lorraine Pintal
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Lorraine Pintal

Le Théâtre du Nouveau Monde attend l’aval de Québec pour réaliser sa deuxième phase de modernisation, 15 ans après la première.


Le plan de 12,5 millions de dollars prévoit agrandir l’espace d’accueil à l’avant, fermer le débarcadère à l’arrière et ajouter un étage pour accueillir une deuxième salle de répétition et des structures d’entreposage.


« Notre édifice, même si c’est une signature de Dan Hanganu et qu’on n’a pas à rougir de l’architecture, accuse d’un certain vieillissement, a expliqué au Devoir la directrice artistique, Lorraine Pintal. Mais surtout, le TNM est en pleine expansion, nous jouons de plus en plus longtemps sur nos scènes (avec les festivals, l’ajout de matinées scolaires et de supplémentaires), et le public nombreux se heurte trop souvent à un lieu d’accueil pas adapté du tout aux spectateurs qu’on accueille [en plus grand nombre] depuis cinq ans. »


L’équipe, qui porte le projet plus concret depuis cinq ans, a dû refaire ses devoirs depuis le changement de gouvernement. « On a recommencé les représentations avec le nouveau ministre : toutes les rencontres ont été faites », indique celle qui a reçu, comme d’autres, le message des coffres vides et des rigueurs budgétaires de l’État.


Mais la directrice artistique du TNM se dit confiante. Un programme fonctionnel technique a vu le jour en 2008. Une évaluation des coûts de fonctionnement a suivi, entérinée par le Conseil des arts et des lettres du Québec. Et le projet, initialement chiffré à 18 millions, a été revu à la baisse en 2011 à la demande de l’ex- ministre de la Culture, Christine St-Pierre, qui en a pris connaissance au printemps dernier.


L’équipe du TNM avait anticipé le besoin d’agrandir ses espaces dès la première phase de sa modernisation en 1997, « parce qu’à l’époque, on s’est fait couper notre budget presque de moitié », explique la directrice.


Mme Pintal se dit prête à « faire preuve d’imagination » pour réaliser ses plans dans les plus brefs délais. La campagne de financement privé est déjà amorcée. Mais elle est bien consciente que l’échéancier rêvé de 2013-2014 devra être reporté à 2017, afin d’ouvrir son théâtre agrandi à temps pour les fêtes du 375e anniversaire de Montréal.

À voir en vidéo